أختر اللغة
الرئيسية | أخبار الكنيسة | الكنيسة في لبنان | 8e édition du prix Samir Kassir : « la mémoire de la douleur », la force des journalistes

8e édition du prix Samir Kassir : « la mémoire de la douleur », la force des journalistes

Huit ans déjà depuis l’assassinat du journaliste et écrivain Samir Kassir. Huit ans aussi que sa pensée continue de germer, d’abord à travers la fondation qui porte son nom, qui organise notamment le festival annuel du printemps de Beyrouth,

devenu une tribune de la culture ; ensuite grâce au centre SKEyes pour les libertés médiatiques et culturelles, qui parraine, avec la Délégation de l’Union européenne, le prix Samir Kassir pour la Liberté de la presse, dont la 8e édition se déroulait hier, épousant le décor vert de la villa Sursock.

Depuis que les effluves du printemps de Beyrouth ont ranimé les esprits en 2005, la lutte pour la démocratie et la pensée libre s’élargit dans le monde arabe. Mais au fur et à mesure que se renforce la lutte, les entraves se multiplient, qui tentent de la dénaturer, en obstruant la vérité. La présidente de la Fondation Samir Kassir, Gisèle Khoury, a mis l’accent sur « l’affront de la douleur avec la mémoire de la douleur », c’est-à-dire la capacité des peuples arabes à « puiser dans le parcours des martyrs, le patrimoine du mot écrit à l’encre de la liberté et du sang », afin de rayer le risque de perdre leurs révolutions.Jeune journaliste palestino-syrienne, vivant aujourd’hui au Liban, Doha Hassan a remporté le prix dans la catégorie de l’article d’opinion. Elle a décrit, dans un article publié en arabe (« La jeunesse militarisée ») sur le site d’information NowLebanon, le 23 janvier 2013, l’endoctrinement pratiqué par le parti Baas sur les enfants dans les écoles. Un endoctrinement qu’elle a elle-même subi, et qu’elle est parvenue à surmonter, à déraciner et à écrire, « afin que les gens n’oublient pas la raison d’être première de la révolution syrienne », a-t-elle expliqué.

Pour la catégorie de l’article d’investigation, c’est Ahmad Abou Deraa, journaliste égyptien, qui a été récompensé pour un article qui a mis la lumière sur une région occultée par les médias, l’Afrique, et surtout sur des pratiques destructrices pour l’humanité, mais qui restent méconnues : « Les gangs de trafic africain font du Sinaï un territoire de torture. » Il relate le périple d’Africaines vendues, revendues et torturées, alors qu’elles tentaient de se trouver une meilleure vie en Égypte.

Enfin, le prix pour la catégorie « reportage audiovisuel » a été décerné à une jeune journaliste libanaise de 22 ans, Luna Safwan, pour son reportage sur « La vie quotidienne des réfugiés syriens à Ersal », diffusé sur Orient TV. Elle explique à L’OLJ qu’elle a voulu suivre et écouter une journée durant la lassitude et le traumatisme des enfants syriens au Liban. « Ce prix me poussera à prendre encore plus de risques », affirme-t-elle avec un regard animé d’espoir pour le pays.

Huit ans après la création du prix Samir Kassir, 1 200 articles d’opinion et d’investigation ont été soumis par des journalistes du monde arabe, autant de voix souveraines, d’angles de vue audacieux, de pressions ressenties et surmontées, qui alimentent des lignes teintées de souffrances. Cette année, 162 travaux ont été soumis pour les deux catégories d’articles d’opinion et d’investigation, et pour la troisième catégorie créée cette année pour les documentaires audiovisuels. « Chaque article et vidéo est porteur d’une tragédie. Le monde arabe est fatigué, torturé, écorché », affirme à L’Orient -Le Jour Shirine Abdallah, ancienne responsable de la communication du journaliste assassiné Gebran Tuéni et membre du jury du prix Samir Kassir pour cette année. « Mais ces tragédies rapportées prouvent la rage des journalistes de vouloir changer les choses », ajoute-t-elle. Pour Diana Mokalled, rédactrice en chef web de la Future TV, et également membre du jury, l’édition cette année aura prouvé « un grand professionnalisme à un jeune âge ».

La chef de la Délégation de l’Union européenne, l’ambassadrice Angelina Eichhorst, a d’ailleurs fait remarquer dans son allocution que « cette année, la participation a été plus vigoureuse et plus jeune : 70 % des finalistes sont des femmes et 60 % ont moins de 30 ans ». Elle a valorisé par ailleurs le choix du jury, « incarnant parfaitement le partenariat euro-méditerranéen ». Ainsi, Philippe Dessaint, directeur des événements internationaux à TV5 Monde et membre du jury cette année, exprime la vision d’un « journaliste de l’extérieur » par rapport aux médias en région arabe, « qui transmettent une formidable complexité, liée notamment à l’engagement qui paraît indissociable du travail journalistique ».

Le jury a compté, en plus des trois noms précités, le journaliste du plus grand quotidien anglophone du Golfe Arab News, Ghazanfar Ali Khan ; Géraldine Coughlan, journaliste spécialisée en justice internationale ; Sami Mobayed, chercheur invité au Carnegie Center, chercheur dans les affaires syriennes ; Samia Nakhoul, éditrice de l’agence Thomson Reuters au Moyen-Orient.

 L'orient le jour

عن الاتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان

عضو في الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة UCIP الذي تأسس عام 1927 بهدف جمع كلمة الاعلاميين لخدمة السلام والحقيقة . يضم الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان UCIP – LIBAN مجموعة من الإعلاميين الناشطين في مختلف الوسائل الإعلامية ومن الباحثين والأساتذة . تأسس عام 1997 بمبادرة من اللجنة الأسقفية لوسائل الإعلام استمرارا للمشاركة في التغطية الإعلامية لزيارة السعيد الذكر البابا القديس يوحنا بولس الثاني الى لبنان في أيار مايو من العام نفسه. "أوسيب لبنان" يعمل رسميا تحت اشراف مجلس البطاركة والأساقفة الكاثوليك في لبنان بموجب وثيقة تحمل الرقم 606 على 2000. وبموجب علم وخبر من الدولة اللبنانية رقم 122/ أد، تاريخ 12/4/2006. شعاره :" تعرفون الحق والحق يحرركم " (يوحنا 8:38 ).