أختر اللغة
الرئيسية | أخبار الكنيسة | الكنيسة في لبنان | A Assise, les chefs des religions dénoncent les guerres au nom de la foi

A Assise, les chefs des religions dénoncent les guerres au nom de la foi

Les dignitaires religieux rassemblés hier à Assise, dans le centre de l’Italie, ont dénoncé les guerres perpétrées au nom de leurs fois, en affirmant qu’elles les trahissaient, alors que le monde est confronté à la montée du fanatisme religieux.

Devant musulmans, hindouistes, bouddhistes et juifs dans la basilique Sainte-Marie des Anges d’Assise, le pape a dressé un vibrant réquisitoire du fanatisme religieux mais a, parallèlement, dénoncé les politiques antireligieuses, responsables selon lui de la barbarie. Il a condamné « la cruauté impitoyable du terrorisme qui contribue à la destruction » de la religion. Il a aussi déclaré sa « honte » pour les violences commises par les chrétiens.

Par contraste, il a eu des paroles très chaleureuses pour les athées humanistes ouverts au dialogue, estimant qu’ils posent des questions justes, et que leur impossibilité de croire s’explique par « l’image réduite ou déformée de Dieu » donnée par de nombreux religieux. Parlant avant lui, l’un des quatre athées que Benoît XVI avait invités, la philosophe franco-bulgare Julia Kristeva, mentionnant Sade et Freud devant le pape, a demandé aux religions de ne pas avoir peur de l’humanisme contemporain, « héritier souvent inconscient de l’humanisme chrétien ».
Le patriarche œcuménique de Constantinople, Bartholomée 1er, a exprimé de son côté son inquiétude pour « la marginalisation accrue des communautés chrétiennes du Moyen-Orient ». Olav Fykse Tveit, secrétaire général du Conseil œcuménique des églises, a demandé pour sa part un « clair engagement » des religions du Livre pour « une juste paix à Jérusalem ».
Soulignons que la journée se tenait sous la devise : « Pèlerins de la vérité, pèlerins de la paix » et était organisée de sorte que chaque religion prie séparément, pour éviter tout syncrétisme. Arrivée en train spécial du Vatican, une foule colorée de 300 religieux avait débarqué le matin et s’était acheminée vers la basilique. Tuniques couleur des moines bouddhistes, turbans des sikhs, tuniques noires des patriarches orthodoxes et calottes rouges des cardinaux catholiques se mêlaient. Une maigre foule était au rendez-vous, bien loin de celle qui avait accueilli Jean-Paul II aux précédentes rencontres de 1986 et 2002.
Dans la vaste basilique, qui abrite la chapelle de la Portioncule, où François d’Assise est mort en 1226, les dignitaires religieux ont regardé un film sur les vingt-cinq ans passés depuis la rencontre historique organisée par Jean-Paul II en 1986 sous la même nef.
Après un repas frugal composé de riz, salade et fruits, une cellule monacale attendait les invités pour un temps de prière individuel. Mais dehors, sous un timide soleil, beaucoup préféraient s’attarder, se congratulant, se retrouvant pour des apartés.
Pour le prieur de Taizé, frère Aloïs, il était « plus urgent que jamais » de tenir cette rencontre.
 
zenit

عن الاتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان

عضو في الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة UCIP الذي تأسس عام 1927 بهدف جمع كلمة الاعلاميين لخدمة السلام والحقيقة . يضم الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان UCIP – LIBAN مجموعة من الإعلاميين الناشطين في مختلف الوسائل الإعلامية ومن الباحثين والأساتذة . تأسس عام 1997 بمبادرة من اللجنة الأسقفية لوسائل الإعلام استمرارا للمشاركة في التغطية الإعلامية لزيارة السعيد الذكر البابا القديس يوحنا بولس الثاني الى لبنان في أيار مايو من العام نفسه. "أوسيب لبنان" يعمل رسميا تحت اشراف مجلس البطاركة والأساقفة الكاثوليك في لبنان بموجب وثيقة تحمل الرقم 606 على 2000. وبموجب علم وخبر من الدولة اللبنانية رقم 122/ أد، تاريخ 12/4/2006. شعاره :" تعرفون الحق والحق يحرركم " (يوحنا 8:38 ).