أختر اللغة
الرئيسية | أخبار الكنيسة | الكنيسة في لبنان | Chine : pression des autorités sur la communauté « clandestine » de Suiyuan

Chine : pression des autorités sur la communauté « clandestine » de Suiyuan

En Mongolie intérieure, les autorités chinoises accentuent leur pression sur la communauté « clandestine » du diocèse de Suiyuan, déplore « Eglises d’Asie » (EDA), l’agence des Missions étrangères de Paris.

Après avoir arrêté plusieurs prêtres « clandestins » du diocèse de Suiyuan en Mongolie intérieure le 30 janvier dernier (1), les autorités multiplient les actions visant à contraindre le clergé « clandestin » à rejoindre les rangs des « officiels ». Le désarroi parmi les « clandestins » semble aller croissant.

La dernière action en date des autorités chinoises en Mongolie intérieure visant la communauté « clandestine » du diocèse de Suiyuan remonte au 14 février dernier. Ce jour-là, des fonctionnaires du Bureau local des Affaires religieuses accompagnés de policiers de la Sécurité publique ont investi les locaux qui abritaient le séminaire « clandestin » du diocèse. Ils en ont chassé tous les étudiants. Quelques jours plus tard, la police a réussi à localiser l’administrateur diocésain « clandestin » de Suiyuan, le P. Gao Jiangping, et ont procédé à son interpellation. Arrêté en compagnie d’un autre prêtre, le P. Zhao Fu, le P. Gao Jiangping est depuis retenu par la police en un lieu inconnu.

Ces arrestations sont intervenues peu après celles du 30 janvier, où vu six prêtres « clandestins » avaient été arrêtés par la police. Quelques jours plus tard, quatre de ces six prêtres avaient été relâchés, laissant penser que la Sécurité publique ne mènerait pas plus loin son action à l’encontre des communautés catholiques « clandestines » de Suiyuan. En réalité, il semble que ces libérations n’avaient pour but que d’intensifier les pressions que les autorités exercent sur ces prêtres afin de les voir rejoindre les structures « officielles » de l’Eglise locale.

En effet, le 13 février dernier, les quatre prêtres libérés, à savoir les PP. Chu Jianli, Ding Zhanmin, Wang Hu et Zhao Runxi, ont été contraints de concélébrer une messe aux côtés de Mgr Paul Meng Qinglu, évêque « officiel » du diocèse de Hohhot, et de deux de ses prêtres. L’eucharistie a été célébrée dans une église de la ville de Baotou. Une vingtaine de fonctionnaires des Affaires religieuses et de la police avaient investi les lieux et ont surveillé les quatre prêtres « clandestins » tout au long de la cérémonie. Les quatre prêtres ont ensuite été emmenés vers un lieu maintenu secret afin d’y subir des séances d’endoctrinement, indiquent des sources citées par l’agence Ucanews (2).

Agé de 47 ans, Mgr Paul Meng Qinglu est l’évêque « officiel » du diocèse de Hohhot depuis le 18 avril 2010, date de son ordination menée avec l’accord du Saint-Siège (3). Il est donc dans la communion ecclésiale, en dépit du fait qu’il soit l’un des vice-présidents de l’Association patriotique des catholiques chinois au plan national et qu’il ait pris part à la cérémonie d’ordination illicite (menée sans l’accord de Rome) de Mgr Guo Jincai le 20 novembre 2010, à Chengde (Hebei) (4).

Pour les autorités chinoises, obtenir d’un prêtre « clandestin » qu’il concélèbre avec un évêque membre d’une organisation (l’Association patriotique) que Rome tient pour incompatible avec la doctrine catholique est une manière de le forcer à reconnaître la légitimité des structures « officielles » de l’Eglise en Chine. Le faire avec un évêque qui s’est placé en-dehors de la communion ecclésiale par le fait d’ordonner évêque un candidat à l’épiscopat n’ayant pas reçu de mandat pontifical et dont on ne sait si le Saint-Père a levé ou non l’excommunication qui pèse sur lui, est une manière supplémentaire d’accentuer la pression sur le clergé « clandestin ».

Les informations disponibles indiquent qu’à Suiyuan, l’objectif des autorités chinoises est atteint : la confusion semble régner au sein du clergé « clandestin ». Dans un contexte où ce dernier a le sentiment d’être abandonnés par Rome, certains s’interrogent ouvertement sur les raisons de demeurer dans la clandestinité à partir du moment où Rome semble accepter qu’un évêque comme Mgr Meng Qinglu puisse occuper un haut poste dans les structures centrales de l’Association patriotique ou bien prendre part à une ordination épiscopale illicite. « Pourquoi dès lors s’accrocher à des principes ecclésiaux pour lesquels nos prédécesseurs ont été jusqu’à donner leur vie ? », interroge l’un d’eux.

Interrogé sur les circonstances dans lesquelles s’est déroulée la messe du 13 février, Mgr Meng a simplement répondu qu’il avait été informé par des fonctionnaires du gouvernement qu’un groupe de prêtres souhaitaient exercer leur ministère au grand jour et voulaient pour cela concélébrer l’eucharistie à ses côtés dans une église de Baotou. A une question du journaliste de Ucanews lui demandant s’il avait eu connaissance du fait que les prêtres en question auraient été contraints de concélébrer cette messe avec lui, l’évêque est resté évasif. Le prélat a toutefois ajouté que parmi les « clandestins » qui étaient une vingtaine sur les 80 fidèles à assister à cette messe, quelques personnes ont essayé, lors de la procession, d’empêcher les PP. Ding et Wang d’aller jusqu’à l’autel. « Après quelques moments de flottement, les deux prêtres ont finalement pu rejoindre le cœur de l’église au moment de l’homélie »,a précisé l’évêque.

(1) Voir dépêche EDA du 31 janvier 2012 : http://eglasie.mepasie.org/asie-du-nord-est/chine/mongolie-interieure-arrestation-de-cinq-pretres-ab-clandestins-bb-du-diocese-de-suiyuan

(2)    Ucanews, 23 février 2012.

(3)    Voir dépêche EDA du 19 avril 2010 : http://eglasie.mepasie.org/asie-du-nord-est/chine/mongolie-interieure-le-nouvel-eveque-du-diocese-de-hohhot-a-ete-ordonne-par-des-eveques-en-communion-avec-rome?SearchableText=qinglu

(4)   Voir dépêche EDA du 22 novembre 2010 : http://eglasie.mepasie.org/asie-du-nord-est/chine/malgre-l2019opposition-de-rome-l2019ordination-de-l2019eveque-de-chengde-a-eu-lieu-fortement-encadree-par-les-autorites-chinoises?SearchableText=qinglu

zenit

عن الاتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان

عضو في الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة UCIP الذي تأسس عام 1927 بهدف جمع كلمة الاعلاميين لخدمة السلام والحقيقة . يضم الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان UCIP – LIBAN مجموعة من الإعلاميين الناشطين في مختلف الوسائل الإعلامية ومن الباحثين والأساتذة . تأسس عام 1997 بمبادرة من اللجنة الأسقفية لوسائل الإعلام استمرارا للمشاركة في التغطية الإعلامية لزيارة السعيد الذكر البابا القديس يوحنا بولس الثاني الى لبنان في أيار مايو من العام نفسه. "أوسيب لبنان" يعمل رسميا تحت اشراف مجلس البطاركة والأساقفة الكاثوليك في لبنان بموجب وثيقة تحمل الرقم 606 على 2000. وبموجب علم وخبر من الدولة اللبنانية رقم 122/ أد، تاريخ 12/4/2006. شعاره :" تعرفون الحق والحق يحرركم " (يوحنا 8:38 ).