أختر اللغة
الرئيسية | أخبار الكنيسة | الكنيسة في لبنان | Chypre : Pour l’ambassadeur près le Saint-Siège, le voyage du pape est « historique »

Chypre : Pour l’ambassadeur près le Saint-Siège, le voyage du pape est « historique »

Pour l'ambassadeur de Chypre près le Saint-Siège, M. Georgios F. Poulides, la visite de Benoît XVI les 4-6 juin 2010 est un événement « historique ». Il a confié au micro de Radio Espérance les enjeux de cette visite.

France Catholique en publie la transcription (France Catholique n°3215, 4 juin 2010).

RE – Quels sont les éléments qui vous font dire que la visite du Pape à Chypre est un événement historique?
M. Poulides – Le premier c'est qu'il s'agit de la première visite d'un évêque de Rome dans l'île. Le Pape effectuera ce pèlerinage sur les traces de Saint Paul Apôtre, qui a converti l'île, avec l'Apôtre Barnabé, fondateur de l'Église de Chypre, l'une des plus anciennes d'Europe.

Le deuxième concerne le dialogue oecuménique avec les Églises orthodoxes. Cette visite suit idéalement celle effectuée en 2006 au Patriarcat oecuménique de Constantinople et celle effectuée par son prédécesseur, le grand Jean-Paul II, à l'Église de Grèce en 2002.

Avec cette nouvelle visite, l'évêque de Rome continue son pèlerinage des Églises et des Patriarcats grecs et, en même temps, reconnaît l'importance de l'Église de Chypre pour le dialogue oecuménique. N'oublions pas qu'il y a presque un an s'est déroulée à Chypre la dernière réunion de la Commission théologique mixte orthodoxes-catholiques et, en novembre 2008, la prière de la paix de la Communauté de Saint'Egidio a eu lieu à Nicosie avec la participation de plus de 2000 personnes dont de nombreux cardinaux, archevêques et évêques.

Le Pape, avec cette visite, veut montrer sa solidarité non seulement avec les chrétiens mais avec tout le peuple de Chypre soumis à la tragique condition d'occupation imposée par l'invasion turque du 1974. Avec cette visite le Pape envoie un message d'espoir aux chrétiens de Chypre qui est aussi un appel au dialogue pour les Chypriotes de foi musulmane, espérant qu'ils puissent s'émanciper de l'oppression des forces, d'occupation turques.

RE – Pouvez-vous nous dire quelque chose de votre rôle d'ambassadeur près le Saint-Siège dans ce type de circonstances ?
M. Poulides – Je dois reconnaître que le rôle d'ambassadeur dans ce contexte n'a pas été particulièrement compliqué : l'archevêque Chrysostomos II, chef de l'Église orthodoxe, pendant sa visite au Vatican en Juin 2007, avait invité le Pape à visiter l'île; ensuite le président de Chypre, Dimitris Christofias, visitant le Saint-Siège et le Pape en mars 2009, avait renouvelé l'invitation. L'invitation dès le début a été acceptée par le Saint-Siège et ainsi on a commencé les préparatifs, définissant la date, le programme, etc. Je dois vous dire qu'être ambassadeur de Chypre près le Saint-Siège signifie travailler dans un milieu favorable, où l'on trouve toujours des interlocuteurs bien disposés pour écouter et comprendre.

RE – Quelle société le Pape va-t-il rencontrer?
M. Poulides – Une société économiquement dynamique. Avec l'adhésion à l'Union Européenne, Chypre a pu développer certaines potentialités moins connues que le tourisme, notamment comme centre de services pour les entreprises européennes qui regardent vers le Moyen Orient et l'Afrique. Grâce à son adhésion à l'UE en 2004 et, l'admission à la monnaie unique en 2008, Chypre a retrouvé sa place au sein de la famille européenne à laquelle elle appartient par son histoire et pour sa culture. Chypre n'échappe certes pas à un endettement budgétaire jugé excessif par la Commission européenne, mais celle-ci a reconnu le mois dernier la validité des objectifs de redressement. La gestion de crise fait partie de la mentalité résiliente des Chypriotes…

Mais l'adhésion de Chypre à l'UE n'a pas des motivations économiques mais politiques. Chypre, c'est un pays européen avec 36,2% de son territoire sous l'occupation militaire d'une puissance étrangère : la Turquie. Au moment de l'adhésion, l'Union Européenne a souligné que Chypre, en sa totalité, accédait à l'Europe mais que les acquis communautaires étaient suspendus dans les territoires occupés, en attendant qu'Ankara permette aux Turcs-chypriotes de se rejoindre aux citoyens Grecs-chypriotes. L'adhésion à l'UE a donc donné une grande poussée vers la réunification, car les Turcs-chypriotes, étant citoyens de la République de Chypre, sont devenus aussi citoyens européens.

Dès 2004, le régime d'occupation a fait une campagne d'intimidatation pour décourager les Turcs-chypriotes de (pèlerinage des Églises et Patriarcats grecs demander le passeport de la République de Chypre et pour imposer à sa place, celui de l'État-fantoche créé par Ankara, qui n'a aucune validité car personne ne le reconnaît. La même chose a été faite avec l'euro. Mais il n'y a pas de comparaison entre la monnaie européenne et la lire turque, qui est la devise en vigueur dans les territoires occupés.

RE – Outre celui de la réunification, que le Saint-Siège appelle de ses voeux, quels sont les autres défis de l'Île ?
M. Poulides – Après la division de l'Île, le plus gros problème est celui de l'immigration clandestine. Mais tout le monde sait que la principale porte d'entrée pour l'immigration clandestine sont les territoires occupés de Chypre, où des bandes criminelles ont pleine liberté d'action. De même pour le trafic de drogue ou le blanchiment d'argent avec une dizaine de casinos dans les territoires occupés.

RE – Quel rôle les Églises jouent-elles dans le paysage chypriote ?
M. Poulides – Le Chef de l'Église de Chypre porte le titre d'ethnarque, car sous la domination ottomane, il était chef de la population chrétienne. Il en reste forcément quelque chose. Mais les maronites, les catholiques de rite latin et les arméniens sont des groupes reconnus explicitement par la Constitution et auprès de la Chambre des Représentants. Les Maronites ont un archevêque résident à Nicosie.

RE – En quoi la personnalité du pape actuel vous semble-t-elle particulièrement intéressante pour les Chypriotes ?
M. Poulides – Le pape Benoît XVI est un théologien raffiné qui, déjà avant son élection a affronté le problème de l'union des chrétiens et du rôle fondamental que l'évêque de Rome peut avoir en ce processus… C'est un pape qui connaît très bien et apprécie la culture grecque classique, les Pères de l'Église et la Tradition orientale. C'est aussi un homme compréhensif, humble et bon, qui ne s'arrête pas aux adversités du moment. J'éprouve pour lui des sentiments de grande admiration et respect et je crois que son exemple et ses paroles peuvent exercer une influence favorable sur certaines évolutions de notre société.
ZENIT

عن الاتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان

عضو في الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة UCIP الذي تأسس عام 1927 بهدف جمع كلمة الاعلاميين لخدمة السلام والحقيقة . يضم الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان UCIP – LIBAN مجموعة من الإعلاميين الناشطين في مختلف الوسائل الإعلامية ومن الباحثين والأساتذة . تأسس عام 1997 بمبادرة من اللجنة الأسقفية لوسائل الإعلام استمرارا للمشاركة في التغطية الإعلامية لزيارة السعيد الذكر البابا القديس يوحنا بولس الثاني الى لبنان في أيار مايو من العام نفسه. "أوسيب لبنان" يعمل رسميا تحت اشراف مجلس البطاركة والأساقفة الكاثوليك في لبنان بموجب وثيقة تحمل الرقم 606 على 2000. وبموجب علم وخبر من الدولة اللبنانية رقم 122/ أد، تاريخ 12/4/2006. شعاره :" تعرفون الحق والحق يحرركم " (يوحنا 8:38 ).