أختر اللغة
الرئيسية | أخبار الكنيسة | الكنيسة في لبنان | Communication : « Des visages, des personnes et des histoires »

Communication : « Des visages, des personnes et des histoires »

Plus de 300 directeurs de la communication, porte-paroles et journalistes provenant de 44 pays participent jusqu’à mercredi à la 8ème édition du Séminaire professionnel sur les bureaux de communication de l’Eglise

organisé par l’université pontificale de la Sainte-Croix.

L’Eglise vit aujourd’hui une sorte de période « d’apprentissage » dans un monde où il est demandé le respect d’autres vérités et de toute façon pour la vérité des autres. Elle doit donc apprendre de mieux en mieux à pratiquer un « dialogue sans ambigüité et respectueux des parties concernées »,  a déclaré le président du Conseil pontifical pour les communications sociales, Mgr Claudio Maria Celli, en saluant lundi les participants.  Ce dialogue, a-t-il ajouté, peut en effet « ouvrir de nouvelles portes à la transmission de la foi ».

Et, dans ce « supermarché des choix » propre à la culture de notre ère, a-t-il conclu, il est possible, comme l’enseigne le pape Benoît XVI, de transmettre une annonce fidèle, intègre et parfois soufferte, dans la conscience que « nous ne proposons pas un produit commercial mais sommes les témoins d’une Personne, le Christ, dans le monde d’aujourd’hui ».

Pour « surmonter avec succès la plupart des obstacles dus au désintérêt, aux fermetures idéologiques, préjugés, stéréotypes ou simplifications »,  les institutions et organisations de l’Eglise doivent apprendre à pratiquer une « communication non seulement vraie mais efficace », a déclaré pour sa part le prof. Armando Fumagalli, de l’Université catholique du Sacré-Cœur de Milan en inaugurant les travaux du séminaire par uen intervention sur le thème : « Entre réalité et récit : une réflexion pour les bureaux de communication de l’Eglise ».

Dans un monde où la communication professionnelle connaît des « techniques toujours plus sophistiquées et attrayantes  qui tendent à miser sur l’émotion, l’empathie, le choix de mots fortement connotés, l’invention d’images », a-t-il expliqué, les institutions de l’Église a souvent reposé  « une confiance totale en la capacité de la raison à parvenir toute seule à s’ouvrir aux contenus de la communication », mais souvent «  les conditions idéales ne correspondent aux situations réelles ».

Une des propositions par le professeur est d’avoir recours au « storytelling » (raconter une histoire) en le transformant professionnellement de manière à ce que « les récits déclenchent des émotions, la reconnaissance d’analogies avec les vies des auditeurs, empathie ».

Evidemment, a-t-il précis, « communiquer en se servant des histoires ne signifie pas transformer la vérité en mensonge, ou embellir dans le sens de manipuler la vérité, mais signifie « réussir à surmonter, dans beaucoup de cas, les barrières du désintérêt, de la froideur, du préjugé ».

Ainsi, pour nous ouvrir à la liberté, a-t-il conclu, « nous avons besoin que l’émotion, l’empathie, suscite de l’intérêt pour la vérité même ».

Autres conseils donnés  aux professionnels de la communication dans l’Eglise : « Mettre à disposition du public de bons témoignages en utilisant les réseaux de l’audiovisuel. »

Le prof. Jorge Milán, de l’université pontificale de la Sainte-Croix, est intervenu sur le thème : « L’Eglise sur les écrans : offrir des visages et des témoignages » : il a fourni aux directeurs de la communication des indications sur la manière de mieux capter l’attention du public.

« Il faut d’abord avoir conscience que l’on ne travaille pas avec des personnages mais avec des personnes réelles », a-t-il dit, et croire, même si cela peut paraître parfois périlleux, en « leur esprit créatif, leur spontanéité, liberté et droit à se mettre au premier rang et représenter l’Eglise, au risque même de se tromper ».

Le directeur de la communication, a-t-il ajouté, a pour mission de « découvrir des talents de les préparer et de les lancer dans la mêlée ».  Un objectif qui, reconnaît-il, demande beaucoup de temps et confiance en ses proches collaborateurs.

« Chercher des témoignages et des visages à proposer, étudier le langage de l’audiovisuel, conceptualiser exemples et idées », sont quelques unes des tâches essentielles pour atteindre cet objectif, a ajouté le prof. Milàn, mais aussi « instruire les personnes et promouvoir des activités de communication dans les paroisses ou les écoles ».

En lien avec le thème principal du séminaire, la première « étude de cas » s’est occupé de la communication dans l’action humanitaire de l’Eglise, illustrant des campagnes comme « Where God Weeps » (« Là où Dieu pleure »), un programme hebdomadaire de l’œuvre internationale Aide à l’Eglise en détresse (AED) consacré aux régions où l’Eglise  souffre le plus de persécutions, avec Mark Riedemann; ou « Chiedilo a loro » – « Demandez-leur » -, organisé par le service pour la promotion du soutien économique à l’Eglise catholique italienne (8×1000), avec Marco Calabresi et don Domenico Pompili.

zenit

عن الاتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان

عضو في الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة UCIP الذي تأسس عام 1927 بهدف جمع كلمة الاعلاميين لخدمة السلام والحقيقة . يضم الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان UCIP – LIBAN مجموعة من الإعلاميين الناشطين في مختلف الوسائل الإعلامية ومن الباحثين والأساتذة . تأسس عام 1997 بمبادرة من اللجنة الأسقفية لوسائل الإعلام استمرارا للمشاركة في التغطية الإعلامية لزيارة السعيد الذكر البابا القديس يوحنا بولس الثاني الى لبنان في أيار مايو من العام نفسه. "أوسيب لبنان" يعمل رسميا تحت اشراف مجلس البطاركة والأساقفة الكاثوليك في لبنان بموجب وثيقة تحمل الرقم 606 على 2000. وبموجب علم وخبر من الدولة اللبنانية رقم 122/ أد، تاريخ 12/4/2006. شعاره :" تعرفون الحق والحق يحرركم " (يوحنا 8:38 ).