شريط الأحداث
أختر اللغة
الرئيسية | أخبار الكنيسة | الكنيسة في لبنان | Compte rendu des audiences du procès d’Abderrahim Ariri et de Mostapha Hurmatallah

Compte rendu des audiences du procès d’Abderrahim Ariri et de Mostapha Hurmatallah

Un collectif de 90 avocats s’est formé pour assurer la défense d’Abderrahim Ariri, directeur de publication d’Al Watan Al An, et du journaliste Mostapha Hurmatallah, poursuivis pour “recel de documents obtenus à l’aide d’un crime”, en vertu de l’article 571 du code pénal.

Me Hammadi Manni observe ce procès, auprès du tribunal de première instance de Casablanca, au nom de Reporters sans frontières.
Les deux journalistes ont été arrêtés le 17 juillet 2007, à Casablanca, suite à la publication d’un dossier intitulé "Les rapports secrets derrière l’état d’alerte au Maroc", dont l’un des articles s’appuyait sur une note émanant des services de renseignements. Parallèlement, huit officiers de l’armée Royale ont été déférés devant la justice militaire pour "crime relatif à la fuite de certains documents et secrets concernant la défense nationale".
Après avoir été maintenus en garde à vue pendant huit jours, Abderrahim Ariri a été placé en liberté provisoire tandis que Mostapha Hurmatallah a été écroué à la prison d’Okacha (Casablanca).
Compte-rendu de l’audience du 31 juillet 2007 : refus de mise en liberté conditionnelle de Mostapha Hurmatallah
À l’ouverture de la deuxième audience du procès de l’hebdomadaire Al Watan Al An, les avocats de la défense ont demandé au tribunal d’ordonner au ministère public de produire l’ensemble des documents saisis lors des perquisitions effectuées à la rédaction et au domicile des deux journalistes. Ceci dans le but de permettre à la défense de vérifier leur validité. Dans sa plaidoirie, Me Abderrahim Jamaï a interpellé le tribunal et le ministère public, s’étonnant que des poursuites judiciaires aient pu être lancées contre les deux hommes alors même que les documents litigieux font défaut au dossier. Mais selon le ministère public, seuls les documents publiés dans l’édition du 14 juillet 2007 d’Al Watan Al An concernent le procès en cours. Me Sefiani, un autre avocat de la défense, a, de son côté, souligné la contradiction qui réside au coeur d’un procès où le parquet se prévaut de documents publiés dans un journal, alors même que les deux prévenus ne sont pas poursuivis en vertu du code de la presse. Le ministère public a accepté de produire une copie des procès-verbaux des perquisitions. Mais en ce qui concerne les documents saisis, seule une copie des articles incriminés sera ajoutée au dossier.
Les avocats de la défense ont introduit une nouvelle demande de mise en liberté provisoire du journaliste Mostapah Hormatallah, qui a achevé sa deuxième semaine en détention.
Après délibération, le tribunal a ordonné au ministère public de fournir les procès-verbaux requis par la défense et remis à une date ultérieure toute décision concernant l’ensemble des documents saisis pendant les perquisitions. Et les juges ont décidé de maintenir Mostapha Hurmatallah en détention préventive à la demande du parquet, qui a évoqué la gravité des faits qui sont reprochés au journaliste.
La prochaine audience se tient le 2 août 2007
Compte-rendu de l’audience du 26 juillet 2007 : les avocats de la défense plaident le “vice de forme”
Le procès des deux journalistes de l’hebdomadaire arabophone Al Watan Al An s’est ouvert le 26 juillet 2007. Lors de cette première audience, le tribunal de première instance de Casablanca a décidé de prolonger l’incarcération de Mostapha Hurmatallah, détenu à la prison d’Okacha. Le directeur du journal, Abderrahim Ariri, comparaissait librement.
Les avocats de la défense ont demandé l’annulation de toute la procédure pour “vice de forme”. Me Abderrahim Jamaï a dénoncé la violation du code de procédure pénale. "La garde à vue a été prolongée deux fois 96 heures alors que pour un délit, comme c’est le cas aujourd’hui, il ne peut y avoir qu’une garde à vue de deux fois 48 heures", a affirmé l’avocat des deux journalistes.
Reporters sans frontières- 2 Août 2007

عن الاتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان

عضو في الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة UCIP الذي تأسس عام 1927 بهدف جمع كلمة الاعلاميين لخدمة السلام والحقيقة . يضم الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان UCIP – LIBAN مجموعة من الإعلاميين الناشطين في مختلف الوسائل الإعلامية ومن الباحثين والأساتذة . تأسس عام 1997 بمبادرة من اللجنة الأسقفية لوسائل الإعلام استمرارا للمشاركة في التغطية الإعلامية لزيارة السعيد الذكر البابا القديس يوحنا بولس الثاني الى لبنان في أيار مايو من العام نفسه. "أوسيب لبنان" يعمل رسميا تحت اشراف مجلس البطاركة والأساقفة الكاثوليك في لبنان بموجب وثيقة تحمل الرقم 606 على 2000. وبموجب علم وخبر من الدولة اللبنانية رقم 122/ أد، تاريخ 12/4/2006. شعاره :" تعرفون الحق والحق يحرركم " (يوحنا 8:38 ).