شريط الأحداث
أختر اللغة
الرئيسية | أخبار الكنيسة | الكنيسة في لبنان | Dlebta : la vente de la colline de La Croix à l’émir saoudien Mokren ben Abdel Aziz

Dlebta : la vente de la colline de La Croix à l’émir saoudien Mokren ben Abdel Aziz

La signature du décret n°7 983 accordant à l’émir Mokren ben Abdel Aziz, chef des services de renseignements du royaume d’Arabie saoudite, la colline de La Croix, un bien-fonds de 7 700 m2 dans le village de Dlebta,

au Kesrouan, a soulevé une polémique chez les habitants. Selon Charbel Ghosn, une pétition pour l’annulation du décret a été lancée par Julie Liban, association pour la préservation du village de Dlebta, qui organise ce samedi une réunion pour débattre de la question. « Si on n’obtient pas gain de cause, la municipalité, qui n’a pas été avisée de la vente, et qui n’en a pris connaissance qu’à travers le Journal officiel, devrait riposter en refusant de délivrer un permis de construire », fait-il observer. Membre du conseil municipal contestant la vente du terrain, Milad Raphaël affirme quant à lui que la municipalité n’accordera pas le titre de propriété ou le certificat d’enregistrement du terrain. Il signale en outre que l’appropriation des biens par les étrangers a pris une proportion alarmante dans la région, particulièrement à Chnanïr, Ghazir et surtout Kfour.
Située sur la colline de La Croix, lieu de rendez-vous incontournable des habitants de Dlebta et de ses environs pour célébrer la fête du 14 septembre, la parcelle est implantée dans un véritable écrin de verdure, avec des forêts de pins et de chênes, et une vue imprenable sur la mer. Elle appartenait à l’origine à Charbel et Simon Raphaël. Ils l’ont vendue en 2005 à Samah Tanios Ghossoub, détenteur d’un passeport britannique et habitant Dahr al-Souan, dans le Metn. « Moi, je respecte la loi. J’avais expliqué à l’intermédiaire de l’émir que celle-ci n’autorise pas la vente de plus de 3 000 m2 aux étrangers ; mais lorsqu’il a exhibé un décret signé par le chef de l’État et le Premier ministre, eh bien je n’ai plus hésité. » Et d’ajouter qu’« il faut s’en plaindre auprès des responsables qui promulguent des lois et ne les appliquent pas… Regardez à Dahr el-Souan et à Naas, voyez le nombre de biens-fonds vendus à des gens du Golfe ».

La transaction s’inscrit dans le cadre d’« une politique de manipulation démographique et géographique », a dit pour sa part le député Nehmetallah Abi Nasr. Selon lui, l’ambassade d’Arabie saoudite a exercé des pressions sur le gouvernement, et « plus précisément sur le Premier ministre, et peut-être le ministère des Finances », pour faire signer le décret. « Alors que notre devoir est de préserver le sol libanais et d’y consolider notre présence et notre identité, de grandes parcelles sont acquises par des investisseurs étrangers à Jounieh, Adma, Ajaltoun, Faytroun, Faraya, sans oublier Harissa, un lieu sacré pour la population de la région. Combien d’hectares nous échappent désormais ? Et à qui sont-ils allés ?
Nous exigeons des autorités la transparence sur tous les dossiers relatifs à ces ventes » a-t-il ajouté.
 
L'orient le jour

عن الاتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان

عضو في الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة UCIP الذي تأسس عام 1927 بهدف جمع كلمة الاعلاميين لخدمة السلام والحقيقة . يضم الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان UCIP – LIBAN مجموعة من الإعلاميين الناشطين في مختلف الوسائل الإعلامية ومن الباحثين والأساتذة . تأسس عام 1997 بمبادرة من اللجنة الأسقفية لوسائل الإعلام استمرارا للمشاركة في التغطية الإعلامية لزيارة السعيد الذكر البابا القديس يوحنا بولس الثاني الى لبنان في أيار مايو من العام نفسه. "أوسيب لبنان" يعمل رسميا تحت اشراف مجلس البطاركة والأساقفة الكاثوليك في لبنان بموجب وثيقة تحمل الرقم 606 على 2000. وبموجب علم وخبر من الدولة اللبنانية رقم 122/ أد، تاريخ 12/4/2006. شعاره :" تعرفون الحق والحق يحرركم " (يوحنا 8:38 ).