langue
Accueil | Articles | La rétrospective Sabbag lance la cinémathèque nouvelle de Beyrouth
La rétrospective Sabbag lance la cinémathèque nouvelle de Beyrouth
La rétrospective Sabbag lance la cinémathèque nouvelle de Beyrouth

La rétrospective Sabbag lance la cinémathèque nouvelle de Beyrouth

Dix ans après la disparition de Randa Chahal Sabbag, son regard unique de cinéaste est mis à l’honneur dans une rétrospective complète de son travail. Une initiative de l’association Metropolis qui accompagne le lancement de la cinémathèque de Beyrouth dès ce soir.

Née à Tripoli, au Liban, en 1953, Randa Chahal Sabbag disparaît trop tôt à Paris en 2008. Ses parents, militants au sein de la mouvance communiste, s’étaient rencontrés au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, à Damas. À l’adolescence, elle quitte Tripoli pour Paris, au début des années 1970, où elle poursuit des études de cinéma à la prestigieuse École Louis-Lumière.

Lorsque la guerre éclate en 1975, la jeune cinéaste retourne au Liban à de nombreuses reprises et commence son travail méthodique de documentation et d’archivage de la guerre et des rues désertées de Beyrouth. Ses documentaires qui conjuguent avec lucidité engagement sans faille et critique politique en témoignent. Ainsi, Pas à Pas décrit les ramifications de la guerre civile libanaise et Nos guerres imprudentes, que Jean-Luc Godard citera dans son encyclopédie Histoire(s) du cinéma, explore crûment l’implication de la famille de la réalisatrice dans la guerre.

A propos de admin