langue
Accueil | Eglises | Le peintre chrétien Arcabas est mort
Le peintre chrétien Arcabas est mort
l'artiste isérois

Le peintre chrétien Arcabas est mort

Connu pour son importante production picturale inspirée de la Bible, l’artiste isérois, Arcabas, est mort le 23 août à l’âge de 91 ans.

Jean-Michel Pirot, plus connu sous le pseudonyme « Arcabas », vient de décéder à l’âge de 91 ans. Connu pour ses décors d’inspirations religieuses au service des églises de France, d’Italie et de Belgique, cet infatigable artiste travaillait encore avec passion malgré son âge avancé.

Sa rencontre avec l’art sacré

Diplômé de l’école des Beaux-arts de Paris, il devient rapidement professeur à l’École des Arts décoratifs de Grenoble en 1950. Deux ans plus tard, une rencontre va changer sa vie. En visite à l’église Saint-Hugues-de-Chartreuse (Isère), qui l’impressionne par ses grandes dimensions, il rencontre par hasard le curé de la paroisse, le père Raymond Truffot, prêtre-ouvrier. Arcabas, emballé à l’idée de décorer l’intérieur, propose ses services au curé sans exiger de rémunération. Ce dernier accepte ainsi que le maire de la ville. Cela sera son premier grand chantier d’art sacré. Dans la lignée des grands artistes du renouveau de l’art sacré des années 1950, Arcabas s’attachera à offrir une œuvre unifiée et réalisera, outre des peintures, des vitraux mais également du mobilier liturgique.

Un peintre à la foi ardente

Ce goût naissant pour l’art sacré ne le quittera plus. Oscillant entre productions profanes et religieuses, il deviendra vite si célèbre que de nombreuses églises et institutions religieuses, de France ou de l’étranger, feront appel à lui pour réaliser des grands ensembles monumentaux. À 90 ans, il avait accepté sa dernière grande commande qu’il laisse inachevée. Un projet de 24 baies de six mètres de haut pour la basilique du Sacré-Cœur de Grenoble, en collaboration avec le maître verrier Christophe Berthier

Si son œuvre divisait, notamment en raison de son attachement viscéral pour la peinture figurative, il se défendait en déclarant vouloir faire une œuvre, à la fois lisible, compréhensible et apaisante. Sa foi, profondément ancrée et nourrie par une lecture quotidienne de la Bible, inspirait chacune de ses œuvres dont le seul but était de célébrer la gloire de Dieu.

Aleteia

A propos de admin