langue
Accueil | Eglises | Messe pour les cardinaux défunts: sortir de soi pour trouver Dieu
Messe pour les cardinaux défunts: sortir de soi pour trouver Dieu
pape francois

Messe pour les cardinaux défunts: sortir de soi pour trouver Dieu

en la basilique Saint-Pierre, le Pape François a présidé la messe de suffrage pour les treize cardinaux et évêques décédés ces douze derniers mois. Il a délivré une homélie sur le sens de la Résurrection, et la sortie de soi-même pour remettre Dieu au centre.

«Que nous suggère la pensée de la Résurrection?» C’est sur ce thème essentiel que le Pape a d’abord médité lors de son homélie, lundi 4 novembre. Cette pensée représente pour lui une invitation à aller vers Jésus «pour être vacciné contre la mort, contre la peur que tout finisse».

Se tourner vers autrui

Aller à Jésus peut alors paraître comme une exhortation spirituelle abandonnée et générique, a relevé François, avant de préciser les interrogations que nous devons nous poser: «Est-ce que je vis en allant vers le Seigneur ou est-ce que je me tourne sur moi-même? Quelle est la direction de mon voyage? Est-ce que j’essaie juste de faire bonne impression, de sauvegarder mon rôle, mon temps et mes espaces, ou est-ce que je vais vers le Seigneur?»

Une fois ces questionnements posés, la sentence du Christ semble claire: «On ne peut pas être de Jésus et se tourner sur soi-même. Celui qui appartient à Jésus vit de Lui».

«La vie est une sortie entière»

Et le Pape de faire remarquer combien la vie était «une sortie entière»: du ventre de la mère pour venir à la lumière, de l’enfance pour entrer dans l’adolescence, de l’adolescence à la vie adulte et ainsi de suite, jusqu’à la sortie de ce monde.

Aujourd’hui, ainsi le Souverain pontife qui prie pour ses frères cardinaux et évêques, «sortis de cette vie pour rencontrer le Ressuscité», tient à souligner l’une des plus difficiles «sorties», «celle qui donne sens à toutes les autres», à savoir, la sortie de nous-mêmes. «Ce n’est qu’en sortant de nous-mêmes que nous ouvrons la porte qui mène au Seigneur».

Une piété du Paradis

Par ailleurs, le Pape a souhaité développer un autre axe, les sentiments de piété, comme porte d’entrée à l’éternité. «Se pencher sur les nécessiteux pour les servir est une antichambre du paradis», a-t-il à ce titre déclaré. Si en effet, comme le rappelle saint Paul, «la charité ne passera jamais» (1 Co 13,8), c’est précisément ce pont qui relie la terre au Ciel. Ainsi, pouvons-nous nous demander si nous sommes assez ému par la situation d’une personne dans le besoin, si nous pleurons pour ceux qui souffrent, si nous aidons des personnes qui ne pourrons nous le rendre… «Ce n’est pas de l’angélisme, ni de la charité, mais des questions de vie et de résurrection».

L’aube d’une résurrection

Enfin, François appelle à faire bon usage des Exercices Spirituels du fondateur de la Compagnie de Jésus, saint Ignace de Loyola, afin de discerner et de faire des choix «qui ont le goût de l’éternité et le goût de l’amour».

Ainsi le Pape exhorte à être motivé par tous ces critères, afin de se mettre «en cohérence avec la volonté de Jésus, ressuscité et vivant» pour faire de nos vies d’aujourd’hui «une aube de résurrection».

Vatican news

A propos de admin