شريط الأحداث
أختر اللغة
الرئيسية | أخبار الكنيسة | الكنيسة في لبنان | France : la prière ne fait pas abstraction de la vie sociale

France : la prière ne fait pas abstraction de la vie sociale

« La prière ne fait pas abstraction de la vie sociale », estime le cardinal Barbarin à propos de la prière pour la France, lue le 15 août 2012 dans tout le pays.

La Conférence des évêques de France a en effet proposé une « prière universelle » pour la France, à toutes les paroisses du pays, à l’occasion de la solennité de l’Assomption (cf. Zenit du 30 juillet 2012).

Si la prière pour la France n’est pas une nouveauté – elle a été instaurée au XVIIe siècle par Louis XIII, qui a consacré la France à la Vierge Marie le 15 août 1638 – cependant l’initiative a suscité cette année bien des débats.

Sur les 4 intentions de prières – pour les victimes de la crise, pour les gouvernants, pour les familles et pour les enfants et les jeunes – c’est la dernière qui a retenu l’attention, parce qu’elle invite à prier pour que les enfants « bénéficient pleinement de l’amour d’un père et d’une mère. »

Certaines voix se sont étonnées de cette prière, y lisant une allusion contre le « mariage » et l’adoption d’enfants par des personnes de même sexe et une intrusion de l’Eglise dans le politique.

En parallèle, un appel à l’avis des téléspectateurs sur la chaine de télévision M6, le 15 août 2012, indiquait que 55 % des Français « comprennent » la position de l'Eglise catholique et seulement 38 % ne le comprennent pas.

Le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, explique les enjeux de cette prière dans une interview de Jean-Marie Guénois parue le 13 août 2012 sur le site du Figaro.

Dimension politique

La prière, estime-t-il, est la « mission première » de l’Eglise, qui « doit parler quels que soient les courants qui traversent l'opinion publique ».

« L'engagement des époux, les enfants et les jeunes », sont des intentions « qui montent spontanément au cœur des croyants », constate le cardinal, appelant à ne pas « terroriser le bon sens ».

En outre, la laïcité n’interdit pas la prière, ajoute-t-il car la France n’est pas une « tyrannie » où il faudrait « soumettre nos rites et nos formulaires au commandement de la «pensée unique» ».  

Si « prier est d'abord un acte spirituel », de « confiance » en Dieu, cependant la prière a aussi une « dimension politique », poursuit-il : il est « naturel » de « prier pour sa famille, pour son pays » car la prière ne fait pas « abstraction des questions de la vie sociale, encore moins des souffrances des hommes ».

« Ce qui donne à penser, dans ces réactions – et paradoxalement à se réjouir -, c'est que certains semblent avoir peur de la prière », fait-il remarquer également : « elle est puissante, en effet! ».

Le rôle des gouvernants

Cette prière pour la France intervient alors que « l'heure est grave », souligne par ailleurs le cardinal, qui dénonce « une rupture de civilisation » dans le fait de « dénaturer le mariage, qui est depuis toujours une réalité merveilleuse et fragile ».

Par la prière, le croyant « affirme que la source ultime du bien n'est pas dans l'autorité politique », rappelle-t-il. A ce titre, le pouvoir politique est aussi invité à voir « ce qui dépend de lui et ce qui le dépasse ». En l’occurrence, fait-il observer, « changer le mariage et la famille » ne relève pas de l'autorité d'un Parlement. 

Pour le cardinal, le rôle des gouvernants est de « de veiller sur la santé, l'éducation, la répartition des biens, les transports, la sécurité, et d'abord la paix ». Ils ont « de grandes responsabilités, pour l'équilibre de la vie sociale, l'amélioration de nos conditions de vie », insiste-t-il.

Aujourd’hui, concède-t-il, la crise actuelle laisse « peu de marge de manœuvre » au gouvernement. Mais il ne doit pas pour autant « trouver des dérivatifs sur des sujets dits «sociétaux» », met en garde le cardinal.

Dans La Croix du 18 juillet 2012, le cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris et président de la Conférence des évêques de France, est revenu sur sa rencontre personnelle avec François Hollande, le 17 juillet 2012.

Le cardinal a notamment rappelé au président de la République que « le mariage n’est pas une façon de reconnaître l’authenticité des liens entre deux personnes qui s’aiment » mais « une institution sociale pour assurer le mieux possible la bonne éducation des enfants. »

zenit

عن الاتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان

عضو في الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة UCIP الذي تأسس عام 1927 بهدف جمع كلمة الاعلاميين لخدمة السلام والحقيقة . يضم الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان UCIP – LIBAN مجموعة من الإعلاميين الناشطين في مختلف الوسائل الإعلامية ومن الباحثين والأساتذة . تأسس عام 1997 بمبادرة من اللجنة الأسقفية لوسائل الإعلام استمرارا للمشاركة في التغطية الإعلامية لزيارة السعيد الذكر البابا القديس يوحنا بولس الثاني الى لبنان في أيار مايو من العام نفسه. "أوسيب لبنان" يعمل رسميا تحت اشراف مجلس البطاركة والأساقفة الكاثوليك في لبنان بموجب وثيقة تحمل الرقم 606 على 2000. وبموجب علم وخبر من الدولة اللبنانية رقم 122/ أد، تاريخ 12/4/2006. شعاره :" تعرفون الحق والحق يحرركم " (يوحنا 8:38 ).