أختر اللغة
الرئيسية | أخبار الكنيسة | الكنيسة في لبنان | Haïti : La pauvreté ne recule pas, déplore le nonce, Mgr Auza

Haïti : La pauvreté ne recule pas, déplore le nonce, Mgr Auza

« Six mois après, beaucoup de gens vivant sous les tentes n'ont toujours rien, et de nombreux pauvres ne voient pas d'issue », a confié à l'agence vaticane Fides, le nonce apostolique en Haïti, Mgr Bernardito Auza.

Six mois après le tremblement de terre qui a frappé Haïti le 12 janvier dernier, touchant une grande partie de la capitale Port-au-Prince, le nonce décrit la situation actuelle.

Fides – Excellence, quelle est la situation actuelle en Haïti ?

Mgr Bernardito Auza – La situation actuelle est encore terrible, car en ce qui concerne la praticabilité des rues, c'est comme si le tremblement de terre avait eu lieu hier ! Il n'y a personne pour enlever les détritus, on ne peut pas passer dans certaines rues de la capitale. Il n'y a pas de locaux pour les institutions du gouvernement. De nombreuses personnes vivant sous les tentes n'ont toujours rien, et de plus il y a encore beaucoup de pauvres qui n'ont même pas de tentes, et qui ne voient pas d'issue.

Fides – Et en ce qui concerne la reconstruction ?

Mgr Bernardito Auza – Le problème de la reconstruction, en particulier de la capitale, est fondamentalement lié à la commission chargée de ce travail. Initialement, la communauté internationale avait proposé une commission composée de 17 membres (10 étrangers et 7 de Haïti) mais que le gouvernement n'a pas approuvée. Après cela une autre composition de la commission a été proposée, avec des membres à répartition égale (10 étrangers et 10 d'Haïti) et il semble qu'il soit possible de travailler de cette façon.

Fides – Le président a aussi promis d'entamer le processus électoral…

Mgr Bernardito Auza – J'ai eu une discussion avec le président René Preval, et il m'a dit qu'il considérait qu'il y avait actuellement trois priorités pour le pays : avant tout, instituer un organisme pour la reconstruction car il y a encore beaucoup de détritus dans les rues ; deuxièmement, établir des dates possibles pour les prochaines élections du pays, très probablement vers la fin novembre ; et troisièmement, coordonner la réinsertion de très nombreux réfugiés qui vivent encore sous des tentes.

Fides – De quelle façon l'Église s'engage dans la reconstruction ?

Mgr Bernardito Auza – En tant qu'Église, nous attendons un signe du gouvernement pour pouvoir agir de toutes nos forces. Par exemple, certaines institutions religieuses ne peuvent pas commencer à reconstruire les bâtiments ou les maisons par manque d'un certificat de sécurité remis par le gouvernement pour la zone. Et ceci ne dépend pas de nous. Nous avons beaucoup de projets et la communauté internationale nous a considérablement aidés, mais pour notre projet prioritaire il manque encore beaucoup.

Fides – En quoi consiste ce projet prioritaire ?

Mgr Bernardito Auza – Il consiste en la construction de deux grands séminaires nationaux pour le pays. Nous nous sommes déjà organisés, mais il manque encore une commission technique qui mette ce projet sur papier. Nous nous sommes informés également sur la possibilité d'acquérir un terrain dans un lieu magnifique, mais nous avons abandonné l'idée car le prix était au-dessus de nos possibilités. Nous avons maintenant un autre terrain en vue, mais nous sommes encore dans les tractations. Pour ce projet nous avons été encouragés par les Conférences épiscopales des pays amis, surtout d'Amérique et de France, qui nous ont aidé de façon importante, et ceci nous a redonné courage pour nous qui travaillons pour la reconstruction de l'Église en Haïti : c'est comme voir la lumière au fond du tunnel. Nous espérons pouvoir poser la première pierre ou avoir établi quelque chose pour le premier anniversaire du tremblement de terre, le 12 janvier 2011.

Fides – Quel pourrait être votre appel à la communauté internationale ?

Mgr Bernardito Auza – Simplement que tous voient qu'il y a encore beaucoup à faire. Que nous avons encore besoin d'aide. Nous devons remercier les évêques d'Haïti, le Saint-Siège et la communauté internationale qui nous aident à poursuivre cette reconstruction. L'Église catholique a cependant cette priorité : reconstruire les églises et les séminaires.

عن الاتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان

عضو في الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة UCIP الذي تأسس عام 1927 بهدف جمع كلمة الاعلاميين لخدمة السلام والحقيقة . يضم الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان UCIP – LIBAN مجموعة من الإعلاميين الناشطين في مختلف الوسائل الإعلامية ومن الباحثين والأساتذة . تأسس عام 1997 بمبادرة من اللجنة الأسقفية لوسائل الإعلام استمرارا للمشاركة في التغطية الإعلامية لزيارة السعيد الذكر البابا القديس يوحنا بولس الثاني الى لبنان في أيار مايو من العام نفسه. "أوسيب لبنان" يعمل رسميا تحت اشراف مجلس البطاركة والأساقفة الكاثوليك في لبنان بموجب وثيقة تحمل الرقم 606 على 2000. وبموجب علم وخبر من الدولة اللبنانية رقم 122/ أد، تاريخ 12/4/2006. شعاره :" تعرفون الحق والحق يحرركم " (يوحنا 8:38 ).