أختر اللغة

Introduction au Synode des Evêques

Le Synode des Évêques est une institution permanente établie par le Pape Paul VI, le 15 septembre 1965, en réponse au désir exprimé par les Pères du Concile Vatican II de maintenir vivant l'esprit positif engendré par l'expérience conciliaire.

À proprement parler, le mot “synode” vient de deux mots grecs: syn qui signifie “ensemble”, et hodos qui signifie “chemin”, ce qui revient à dire “marcher ensemble”. Un Synode est une rencontre ou une assemblée religieuse à laquelle des évêques, rassemblés autour et avec le Saint-Père, ont la possibilité d’interagir ensemble et de partager les informations et les expériences, dans la commune recherche de solutions pastorales qui puissent avoir une validité et une application universelles. Le Synode se définit, généralement, comme une assemblée d’évêques représentant l’épiscopat catholique, et ayant la mission d’aider le Pape à gouverner l’Église universelle en donnant leurs avis. Le Pape Jean-Paul II a désigné le Synode comme “une expression particulièrement féconde et un instrument de la collégialité des évêques” (Discours au Conseil de la Secrétairerie du Synode des Évêques, le 30 avril 1983: L’Osservatore Romano, 1º mai 1983). Avant même le Concile Vatican II, grandissait l’idée d’une structure qui pourrait fournir aux évêques le moyen d’assister le Pape, d’une manière qui serait à préciser, dans le gouvernement de l’Église universelle. Son Éminence le Cardinal Silvio Oddi, alors Archevêque et Pro-Nonce Apostolique en République Arabe Unie (Égypte), proposait, le 5 novembre 1959, d’établir un organisme central de gouvernement de l’Église ou, selon ses propres termes, “un corps consultatif”. Il déclarait: “Dans de nombreux endroits du monde, on se plaint de ce que l’Église n’ait pas, en plus des Congrégations romaines, un organisme consultatif permanent. Ainsi, il faudrait établir une sorte de ‘Concile en miniature’ comprenant des représentants de l’Église du monde entier qui se réuniraient périodiquement, ne fut-ce qu’une fois par an, pour discuter des problèmes majeurs, et suggérer de nouveaux chemins possibles dans les tâches de l’Église. Cet organisme s’étendrait sur l’Église entière comme il en va de même pour les Conférences épiscopales qui font se rencontrer une partie ou la totalité de la hiérarchie d’un ou de plusieurs pays. D’autres organismes, tel le C.E.L.AM. (la

Conférence épiscopale pour l’Amérique Latine), déploient leurs activités au profit du continent entier”. Le 22 décembre 1959, Son Éminence le Cardinal Bernardus Alfrink, Archevêque d’Utrecht, écrivait: “En termes clairs, le Concile proclame que le gouvernement de l’Église universelle est exercé de droit par le collège des évêques, avec le Pape à sa tête. Il s’ensuit que, d’un côté, chaque évêque pris individuellement est responsable du soin de l’Église universelle, et que, de l’autre, tous les évêques participent au gouvernement de l’Église dans le monde entier. Cela peut se faire non seulement en convoquant un Concile oecuménique, mais aussi en créant de nouvelles institutions. Peut-être un Conseil permanent d’évêques particulièrement qualifiés, choisis dans toute l’Église, pourrait-il remplir une fonction législative en union avec le Souverain Pontife et les cardinaux de la Curie Romaine. Les Congrégations Romaines ne garderaient alors qu’un pouvoir consultatif et exécutif”. Cependant, ce fut le Pape Paul VI qui donna force à ces idées, alors qu’il était encore Archevêque de Milan. Dans un discours commémorant la mort du Pape Jean XXIII, il évoquait une “collaboration permanente de l’épiscopat, qui n’est pas encore effective, qui resterait à la fois personnelle et unifiante, mais à laquelle serait donnée la responsabilité de gouverner l’Église dans son ensemble”. Élu Pape, il revint fréquemment sur l’idée d’un collaboration au sein même du collège épiscopal – les évêques en union avec le successeur de Saint Pierre – d’abord dans un discours à la Curie Romaine (21 septembre 1963), puis à l’ouverture de la deuxième Session du Concile Vatican II (29 septembre 1963), et, de nouveau, lors de sa clôture (4 décembre 1963). À la fin du discours inaugural de la dernière Session du Concile Vatican II (14 septembre 1965), le Pape Paul VI lui-même rendit publique son intention d’établir le Synode des Évêques, en ces termes: “ Nous avons la joie de partager avec vous l’annonce que, selon le souhait même de ce Concile, va être institué un ‘Synode des Évêques’ qui sera constitué d’évêques nommés en majorité par les Conférences épiscopales, avec notre approbation, et qui sera convoqué par le Pape, selon les besoins de l’Église, afin d’apporter ses avis et sa collaboration quand il sera jugé utile au bien-être de l’Église. Il va sans dire que cette collaboration de l’épiscopat devrait apporter la plus grande joie au Saint-Siège et à l’Église toute entière. En particulier, elle jouera un rôle très utile dans le travail quotidien de la Curie Romaine à laquelle Nous devons tant de reconnaissance pour son aide si efficace et dont Nous avons constamment besoin, comme évêques dans leurs diocèses, pour les tâches de Notre mission apostolique. Dès que possible, cette assemblée connaîtra les indications et les normes utiles à ce propos. Nous ne désirons pas nous priver de l’honneur et du plaisir de vous mettre au courant de cette brève communication de façon à Vous témoigner personnellement une fois de plus Notre confiance, Notre estime et Notre fraternité. Nous plaçons cette belle innovation si riche de promesses sous la protection de Marie, la Mère de Dieu”. Le lendemain matin, le 15 septembre 1965, à l'ouverture de la 128ème Assemblée Générale, Son Excellence Mgr Pericle Felici, Secrétaire Général du Concile, promulguait le Motu proprio Apostolica sollicitudo qui instituait officiellement le Synode des Évêques. La caractéristique principale du Synode des Évêques est d’être au service de la communion et de la collégialité des évêques du monde avec le Saint-Père. Il ne s’agit pas d’un simple organisme ayant une compétence limitée comme c’est le cas pour les Congrégations et les Conseils de la Curie Romaine. Au contraire, il a la pleine compétence de traiter de n’importe quel sujet en accord avec la procédure établie par le Saint-Père dans la lettre de convocation. Le Synode des Évêques, avec sa

Secrétairerie Générale permanente, ne fait pas partie de la Curie Romaine et n’est pas à ses dépends; il est subordonné directement et uniquement au Saint-Père avec lequel il est uni dans le gouvernement universel de l’Église. Bien que le Synode des Évêques soit une institution permanente, son fonctionnement réel et sa collaboration concrète ne le sont pas. En d’autres termes, le Synode des Évêques se réunit et entre en fonction uniquement quand le Saint-Père estime qu’il est nécessaire ou opportun de consulter l’épiscopat qui, lors d’une Assemblée synodale, exprime “son opinion sur des sujets très importants et sérieux” (Paul VI, Discours aux Cardinaux, 24 juin 1967). Chaque Assemblée synodale doit partager d’une façon collégiale ce que l’épiscopat peut offrir au Saint-Père. Par l’acceptation de la part du Saint-Père des avis ou des décisions d’une Assemblée donnée, l’épiscopat exerce une activité collégiale qui s’approche mais ne s’identifie pas avec celle d’un Concile œcuménique. Ceci est le résultat immédiat de divers facteurs: la garantie d’une représentation de tout l’épiscopat, la convocation par le Saint-Père et “l’unité de l’épiscopat [qui], pour que celui-ci soit un, [exige…]qu’il y ait un Chef du Collège» (Jean-Paul II, Pastores gregis, 56), qui est le premier dans l’ordre épiscopal.

عن الاتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان

عضو في الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة UCIP الذي تأسس عام 1927 بهدف جمع كلمة الاعلاميين لخدمة السلام والحقيقة . يضم الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان UCIP – LIBAN مجموعة من الإعلاميين الناشطين في مختلف الوسائل الإعلامية ومن الباحثين والأساتذة . تأسس عام 1997 بمبادرة من اللجنة الأسقفية لوسائل الإعلام استمرارا للمشاركة في التغطية الإعلامية لزيارة السعيد الذكر البابا القديس يوحنا بولس الثاني الى لبنان في أيار مايو من العام نفسه. "أوسيب لبنان" يعمل رسميا تحت اشراف مجلس البطاركة والأساقفة الكاثوليك في لبنان بموجب وثيقة تحمل الرقم 606 على 2000. وبموجب علم وخبر من الدولة اللبنانية رقم 122/ أد، تاريخ 12/4/2006. شعاره :" تعرفون الحق والحق يحرركم " (يوحنا 8:38 ).