أختر اللغة
الرئيسية | أخبار الكنيسة | الكنيسة في لبنان | Jonathan dénonce les complices de Boko Haram au sein de l’appareil d’état

Jonathan dénonce les complices de Boko Haram au sein de l’appareil d’état

Les chrétiens craignent un retour à la guerre civile ; la grogne sociale s’intensifie. Le groupe islamiste nigérian Boko Haram dispose de soutiens et de sympathisants au sein de tout l’appareil d’État, a accusé hier Goodluck Jonathan.

« Certains (…) font partie du Parlement, d’autres encore agissent au sein du système judiciaire », a affirmé le chef de l’État nigérian. « D’autres encore sont au sein des forces armées, de la police et des services de sécurité », a-t-il ajouté. Ces accusations de complicité entre Boko Haram et des membres de l’appareil d’État ne sont pas nouvelles, mais c’est la première fois que M. Jonathan l’affirme en des termes aussi forts, laissant entrevoir une dimension plus politique du conflit. « La situation à laquelle nous avons à faire face est pire que la guerre civile » des années 1960, s’est-il alarmé, en référence à la guerre sécessionniste du Biafra (1967-1970) qui a fait plus d’un million de morts. « Durant la guerre civile, nous pouvions savoir et même prévoir d’où venait l’ennemi. Mais le défi auquel nous sommes confrontés aujourd’hui est plus compliqué », a-t-il expliqué, faisant allusion au caractère imprévisible des violences.
Ces déclarations font écho à l’inquiétude exprimée la veille par l’Association chrétienne du Nigeria (CAN), qui regroupe protestants et catholiques, alors que Boko Haram multiplie ses attaques contre les chrétiens dans le Nord musulman depuis l’expiration mercredi soir de son ultimatum exigeant leur départ. « Ce type d’évènements nous rappelle les débuts de la guerre civile (…) », a estimé la CAN, évoquant « un nettoyage ethnique et religieux systématique ». « Nous avons le droit légitime de nous défendre (…) quoi qu’il en coûte », a averti l’organisation. Un leader de la Jama’atu Nasril Islam (JNI), un regroupement d’organisations musulmanes, a vivement réagi à cette mise en garde : « Nous considérons ces affirmations comme une intimidation et une menace contre les musulmans nigérians. »

Depuis les sanglants attentats visant les célébrations du jour de Noël et qui avaient fait au moins 49 morts, six nouvelles attaques ont fait plus de 80 tués. La majorité de ces raids ont été revendiqués par Boko Haram. La dernière en date a eu lieu samedi soir dans la ville de Biu (État de Borno), où des islamistes présumés ont tué trois chrétiens qui jouaient au poker près d’une église.
Ces violences se déroulent sur fond de forte grogne sociale, alors que les principaux syndicats du pays ont appelé à une grève générale illimitée à partir d’aujourd’hui pour protester contre la suppression des subventions sur les prix du carburant. Annoncée par surprise le 1er janvier, cette mesure a eu pour conséquence immédiate le doublement des prix à la pompe. Des manifestations de protestation ont éclaté dans tout le pays, sévèrement réprimées par la police, ce qui a eu pour résultat d’alimenter encore un peu plus le mécontentement. À Abuja comme à Lagos, les forces de sécurité ont pris position dès hier sur les principaux axes routiers. Réunie en session extraordinaire, la Chambre basse du Parlement a voté une motion pour demander au gouvernement de faire marche arrière, tout en demandant aux syndicats de « suspendre leur projet de grève ». Aussitôt, les syndicats ont fait savoir que si la motion était suivie par le gouvernement cela allait « immédiatement calmer la tension explosive dans le pays ».
 
L'orient le jour

عن الاتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان

عضو في الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة UCIP الذي تأسس عام 1927 بهدف جمع كلمة الاعلاميين لخدمة السلام والحقيقة . يضم الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان UCIP – LIBAN مجموعة من الإعلاميين الناشطين في مختلف الوسائل الإعلامية ومن الباحثين والأساتذة . تأسس عام 1997 بمبادرة من اللجنة الأسقفية لوسائل الإعلام استمرارا للمشاركة في التغطية الإعلامية لزيارة السعيد الذكر البابا القديس يوحنا بولس الثاني الى لبنان في أيار مايو من العام نفسه. "أوسيب لبنان" يعمل رسميا تحت اشراف مجلس البطاركة والأساقفة الكاثوليك في لبنان بموجب وثيقة تحمل الرقم 606 على 2000. وبموجب علم وخبر من الدولة اللبنانية رقم 122/ أد، تاريخ 12/4/2006. شعاره :" تعرفون الحق والحق يحرركم " (يوحنا 8:38 ).