شريط الأحداث
أختر اللغة
الرئيسية | أخبار الكنيسة | الكنيسة في لبنان | L’avancée de la Fondation Gebran Tuéni : un ouvrage sur les martyrs de tous bords

L’avancée de la Fondation Gebran Tuéni : un ouvrage sur les martyrs de tous bords

La Fondation Gebran Tuéni a lancé mercredi soir un nouvel ouvrage qui rend hommage à 59 martyrs de tous bords et trois martyrs vivants, tous tués ou blessés dans des circonstances très différentes.

Ils sont morts en héros parce qu’ils étaient des piliers de la révolution du Cèdre, parce qu’ils ont combattu le terrorisme à Nahr el-Bared ou encore parce qu’ils ont fait face à l’agression durant la guerre israélienne sur le Liban en 2006. Ils n’étaient peut-être pas du même bord politique, ne partageaient probablement pas les mêmes convictions, mais ils sont tous tombés pour le Liban. Et à ce titre, un hommage leur a été rendu dans un ouvrage édité par la Fondation Gebran Tuéni, intitulé La vie… à nous et à vous (« Lana wa Lakoum… al-hayat »).
Ils sont 59 martyrs, dont le journaliste et député Gebran Tuéni (tué dans un attentat à la bombe en décembre 2005), à figurer dans cet ouvrage qui fait revivre leur mémoire à travers des photos, des entretiens avec leur entourage, des portraits… Tous unis dans la douleur de leurs proches et la mémoire collective libanaise. Trois survivants d’attentats qui les avaient visés en 2004 et 2005 – le député et ancien ministre Marwan Hamadé, l’ancien ministre Élias Murr et la journaliste May Chidiac – font eux aussi partie de ce document hors du commun.
Le livre a été lancé mercredi soir au Palais des congrès de Dbayeh, lors d’une soirée où musique et reportages se sont alternés. L’accent a été mis sur la diversité des figures choisies, notamment dans le discours de Michèle Tuéni, fille de Gebran et présidente de la fondation. Celle-ci a marqué le fait que le choix des martyrs n’a pris en considération ni critères confessionnels ni appartenance politique des défunts. « Certains nous ont interrogés sur les critères du choix des martyrs, nous conseillant de ne pas donner un avantage quantitatif à une confession donnée aux dépens des autres, ou à tel ou tel parti, a-t-elle poursuivi. Ils nous ont dit que certains refusent que leurs martyrs côtoient ceux des autres ! Je m’excuse, mais je n’ai pas compris un mot de ce qu’ils disent. Devons-nous nous quereller en politique jusque dans la mort ? Quel est ce pays qui reste divisé jusque sur sa conception du martyre? »
Michèle Tuéni a précisé que la période choisie, de 2002 à 2012, l’a été pour le nombre impressionnant de pertes en vies humaines, déplorant que le peuple libanais n’ait pas tiré les leçons de ces tragédies, « La Fondation Gebran Tuéni ne rend pas hommage aux martyrs pour des raisons politiques, sachant que les manipulations et les divisions gagnent même le martyre, a-t-elle déclaré. Certaines parties se disent fières de compter plus de martyrs que les autres. Les leçons en patriotisme sont sans fin, tout comme les accusations de trahison. Disons-le avec courage, comme nous l’a appris Gebran Tuéni : “Nous sommes fiers de tout martyr libanais parce qu’il est libanais”… » Tout en déplorant les divisions politiques qui continuent d’exposer le Liban à tous les dangers, la jeune femme a assuré que « l’unification de la mémoire et de la vision du martyre est en notre intérêt, pour mieux protéger nos générations futures, car il est temps de mettre un terme à ce cauchemar ».

Trois médailles et deux sites Internet
Le livre rendu public hier par la fondation a été rédigé par plusieurs rédacteurs du journal, an-Nahar, dont Gebran Tuéni a très longtemps été le PDG. Plusieurs photographes ont apporté leur substantielle contribution à l’ouvrage – qui est abondamment illustré de photos d’archives et de photos prises durant les reportages – Raymond Yazbeck, Michel Sayegh, Rudy Bou Chebel, Saydeh Jabra Hajjar, Émile Issa et Jana Younès.
Durant la cérémonie, qui est le second événement annuel organisé par la fondation, des médailles ont été remises à trois personnalités très actives de la société civile : Hayat Sadaka, elle-même veuve d’un officier, qui s’occupe des enfants de martyrs de l’armée, Zeina Daccache, fondatrice et directrice de Catharsis, une ONG qui a introduit la dramathérapie au Liban et au Moyen-Orient, Yvonne Chami, fondatrice et directrice de Sesobel, et Anta Akhi, pour les enfants à besoins spéciaux.
La cérémonie était également riche en reportages filmés diffusés sur grand écran, dont certaines déclarations de Gebran Tuéni (d’une étonnante actualité), et un reportage très touchant sur Ghassan Tuéni, une figure unique du journalisme et de la politique au Liban, qui nous a quittés il y a peu de temps. Un hommage a enfin été rendu par les présentateurs à d’autres figures, dont Colette Chibani, rédactrice en chef du magazine Noun (groupe an-Nahar), disparue cette année.
La musique était au rendez-vous, notamment avec une chorale d’enfants qui a entonné avec succès des chansons patriotiques, et un concert donné par Hiba Tawaji sur une musique d’Oussama
Rahbani.
Enfin, notons que deux nouveaux sites Internet ont été introduits durant cette soirée : www.gebrantueni.com, qui honore la mémoire du grand disparu, et www.gebrantuenifoundation.com, pour la fondation.

 
L'orient le jour

عن الاتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان

عضو في الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة UCIP الذي تأسس عام 1927 بهدف جمع كلمة الاعلاميين لخدمة السلام والحقيقة . يضم الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان UCIP – LIBAN مجموعة من الإعلاميين الناشطين في مختلف الوسائل الإعلامية ومن الباحثين والأساتذة . تأسس عام 1997 بمبادرة من اللجنة الأسقفية لوسائل الإعلام استمرارا للمشاركة في التغطية الإعلامية لزيارة السعيد الذكر البابا القديس يوحنا بولس الثاني الى لبنان في أيار مايو من العام نفسه. "أوسيب لبنان" يعمل رسميا تحت اشراف مجلس البطاركة والأساقفة الكاثوليك في لبنان بموجب وثيقة تحمل الرقم 606 على 2000. وبموجب علم وخبر من الدولة اللبنانية رقم 122/ أد، تاريخ 12/4/2006. شعاره :" تعرفون الحق والحق يحرركم " (يوحنا 8:38 ).