أختر اللغة

La radio plus forte que la police

{mosimage}Les condamnations de violeurs sont de plus en plus fréquentes dans le sud d’Haïti. Ce n’est pas tant que les crimes sexuels explosent, mais plutôt que les groupes de défense des droits humains ont trouvé une arme pour lutter contre ce fléau : la radio.

Lorsque le parquet des Cayes a refusé de poursuivre deux coopérants québécois qui auraient abusé de 10 jeunes Haïtiens, le responsable de l’une de ces organisations a décidé d’ébruiter la cause dans les médias. Présent à l’audience où le substitut du commissaire a disculpé Armand Huard et Denis Rocherfort par manque de preuves, Bélas Jean Bénissel ne voulait pas les voir s’en tirer aussi facilement. «Nous devons penser à la relève de la MINUSTAH (les forces de l’ONU)», résume cet avocat défenseur des droits humains souhaitant voir son pays se prendre en main avant le départ de la présence internationale.

L’homme s’est alors tourné vers un journaliste de confiance, le chef des nouvelles de Radio Macaya, Georges Valince. Si les tribunaux sont lents à réagir au goût de M. Bélas, la radio, elle, est instantanée. Un dossier qui dort entre les mains de la justice peut soudainement devenir prioritaire quand le cas fait scandale. Et en faisant appel à Georges Valince, il savait qu’il aurait une oreille attentive. Le journaliste de 29 ans est un aspirant à la prêtrise renvoyé pour avoir lu un journal en pleine messe. Sans surprise, il s’est tourné vers le journalisme.

Employé de Radio Macaya depuis maintenant six ans, Georges Valince doit beaucoup aux défenseurs des droits humains qui lui ont maintes fois sauvé la vie durant les violences qu’a traversées Haïti depuis 2000. En plus de son antenne qui diffuse dans tout le sud du pays, Georges Valince est correspondant pour une radio de Port-au-Prince, ce qui a contribué à faire du cas des deux Québécois une affaire nationale.

Un média sollicité

L’impact du média sur les tribunaux est si grand que, désormais, les groupes de droits humains se déplacent eux-mêmes jusqu’au studio de Radio Macaya pour dénoncer les injustices. Habitué, le chef des nouvelles, Georges Valince, enfile une paire d’écouteurs et tend le micro à Yonel Myrtil lorsque celui-ci débarque inopinément dans son bureau. Enfermé dans un petit local mal éclairé, ce responsable du Réseau national de défense des droits humains décrit pendant un bon cinq minutes en créole les plus récents cas portés à son attention.

Des 189 violations des droits de l’homme rapportées à ce groupe en 2007, près de la moitié était des abus sexuels. «En punissant les coupables, c’est un rappel aux violeurs que la justice va agir. Mais c’est surtout grâce à l’émergence des groupes de femmes et de droits humains que les abus sexuels ont été davantage dénoncés», estime Yonel Myrtil.

La stratégie semble porter ses fruits. La semaine avant la visite du Soleil, quatre hommes ont été condamnés pour des crimes sexuels. Parmi eux, un policier qui s’est vu imposer 10 ans de prison pour le viol d’une fillette, alors qu’il était en service. Sa deuxième peine pour une pareille agression. Condamné une première fois, il avait retrouvé son uniforme à sa sortie de prison.

Pierre-André Normandin- Le Soleil- Les Cayes, Haïti
25/3/2008

عن الاتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان

عضو في الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة UCIP الذي تأسس عام 1927 بهدف جمع كلمة الاعلاميين لخدمة السلام والحقيقة . يضم الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان UCIP – LIBAN مجموعة من الإعلاميين الناشطين في مختلف الوسائل الإعلامية ومن الباحثين والأساتذة . تأسس عام 1997 بمبادرة من اللجنة الأسقفية لوسائل الإعلام استمرارا للمشاركة في التغطية الإعلامية لزيارة السعيد الذكر البابا القديس يوحنا بولس الثاني الى لبنان في أيار مايو من العام نفسه. "أوسيب لبنان" يعمل رسميا تحت اشراف مجلس البطاركة والأساقفة الكاثوليك في لبنان بموجب وثيقة تحمل الرقم 606 على 2000. وبموجب علم وخبر من الدولة اللبنانية رقم 122/ أد، تاريخ 12/4/2006. شعاره :" تعرفون الحق والحق يحرركم " (يوحنا 8:38 ).