أختر اللغة
الرئيسية | أخبار الكنيسة | الكنيسة في لبنان | Le caricaturiste et opposant syrien Ali Farzat lauréat 2012 du prix Gebran Tuéni

Le caricaturiste et opposant syrien Ali Farzat lauréat 2012 du prix Gebran Tuéni

À la veille du septième anniversaire de l’assassinat de Gebran Tuéni, mort dans un attentat à la voiture piégée à Beyrouth en 2005, le prix Gebran Tuéni remis chaque année par l’Association mondiale des journaux et des médias d’information (WAN-IFRA)

et le journal an-Nahar à un professionnel des médias a été décerné hier au caricaturiste syrien Ali Farzat, célèbre pour sa détermination à révéler les abus de pouvoir en Syrie malgré les agressions dont il a fait l’objet en août 2011, quand ses deux mains ont été brisées par des membres des forces de sécurité. Le caricaturiste qui a fui la Syrie depuis n’a pu être présent au Liban pour recevoir son prix, lors de la conférence de presse qui a été tenue hier au Nahar au centre-ville. Via skype, il a affirmé qu’« il était honoré de recevoir le prix ». « Je ne suis jamais resté sur un carrefour sans faire un choix. Ceux qui le font ne sont pas de vrais artistes. La révolution est un acte humanitaire et créateur, et beaucoup d’artistes qui n’ont pas pris de position claire par rapport à elle ont échoué à ce test. Moi, j’ai fait ce qu’il fallait faire », a-t-il dit.
Décernant le prix, la députée Nayla Tuéni a déclaré que « la liberté et le Liban sont jumeaux ». « J’ose dire qu’il n’y a pas de Liban sans le Nahar, ce journal qui a longtemps lutté pour ce pays a payé le prix par le sang, par Gebran Tuéni et par Samir Kassir, sans jamais se défaire des ses valeurs de pluralisme, de liberté et d’ouverture. Aujourd’hui, nous remettons ce prix à un militant contre l’injustice et l’esclavage qui espérait que son pays soit plus libre et plus ouvert. Ce militant que les chabbiha du régime ont voulu punir, sans pour autant lui ôter la vie, pour qu’il constitue une leçon à tous ceux qui oseraient franchir les limites. Ce militant qui a lutté dans des périodes difficiles bien avant que le régime commence à tomber en fond et en forme. Nous aurions aimé qu’il soit parmi nous, mais nous respectons sa décision de s’en abstenir, suite à la demande insistante de ses proches. »

Par ailleurs, et pour la commémoration, le député Boutros Harb a indiqué dans un communiqué, que « la douleur d’avoir perdu Gebran se réveille chaque année en ce jour de décembre, et la colère aussi car il n’a pas été traité équitablement ». « Ceux qui l’ont tué sont encore en liberté. Vont-ils être punis ou faut-il s’en remettre à Dieu pour cela ? » a-t-il ajouté, indiquant que « la chute des régimes criminels et terroristes autour de nous est une preuve que l’injustice des hommes est punie tôt ou tard ». Par ailleurs, l’organisation estudiantine du Parti national libéral a affirmé dans un communiqué que « le journaliste Tuéni a payé le prix de sa liberté et de ses choix pour défendre le Liban ». Les étudiants du PNL ont dénoncé l’interdiction à laquelle ils ont fait face quand ils ont voulu commémorer l’assassinat du journaliste à l’Université libanaise à Fanar, appelant à la participation à la célébration qu’ils organisent vendredi à 18h30 devant le bâtiment du Nahar à Beyrouth, en présence de nombreuses personnalités politiques et médiatiques.

 
L'orient le jour

عن الاتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان

عضو في الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة UCIP الذي تأسس عام 1927 بهدف جمع كلمة الاعلاميين لخدمة السلام والحقيقة . يضم الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان UCIP – LIBAN مجموعة من الإعلاميين الناشطين في مختلف الوسائل الإعلامية ومن الباحثين والأساتذة . تأسس عام 1997 بمبادرة من اللجنة الأسقفية لوسائل الإعلام استمرارا للمشاركة في التغطية الإعلامية لزيارة السعيد الذكر البابا القديس يوحنا بولس الثاني الى لبنان في أيار مايو من العام نفسه. "أوسيب لبنان" يعمل رسميا تحت اشراف مجلس البطاركة والأساقفة الكاثوليك في لبنان بموجب وثيقة تحمل الرقم 606 على 2000. وبموجب علم وخبر من الدولة اللبنانية رقم 122/ أد، تاريخ 12/4/2006. شعاره :" تعرفون الحق والحق يحرركم " (يوحنا 8:38 ).