أختر اللغة

Les Pères de l’Eglise cappadociens

1- Les Pères de l’Eglise
Depuis le XVIe siècle, l'historiographie moderne appelle Pères de l'Église des auteurs ecclésiastiques, généralement (mais non exclusivement) des évêques, dont les écrits, les actes et l'exemple moral ont contribué à établir et à défendre la doctrine de l’Eglise.

par les orthodoxes comme par les catholiques : le 14 juin et le 2 janvier en Occident, et le 1er janvier, en Orient. Il est également fêté lors de la fête des Trois Docteurs œcuméniques  le 31 janvier, avec Jean Chrysostome et Grégoire de Nazianze.

Il est également vénéré par l’Eglise copte et l’Eglise anglicane.

4.3 Grégoire de Nizianze
Grégoire de Nazianze, ou « de Naziance », dit « le Jeune », ou encore Grégoire le Théologien, né en 329 à Niziance Cappadoce et décédé le 25 janvier 390, est un théologien et un docteur de l'Église. Il est le fils de Grégoire l’Ancien, évêque de Nizianze en 329.

Issu d'une famille chrétienne, Grégoire de Nazianze fait ses études à Alexandrie puis à Athènes, où il rencontre Basile de Césarée, qui devient son ami. Il rentre à Nazianze où il est ordonné prêtre par son père. Ordonné ensuite évêque de Sasimes contre son gré par Basile de Césarée, il ne peut cependant s'y établir ; il reste alors chez son père, devenant le premier évêque auxiliaire de l'Église.

À la mort de son père, il décide de se retirer pour mener une vie cénobitique. Il est invité à Constantinople où il prend part à la lutte contre l'arianisme et contre les divisions de l'Église de Constantinople. Défenseur de la doctrine du concile de Nicée, il cherche à défendre la place de l'Esprit Saint dans la théologie orthodoxe.

L'empereur Théodose impose Grégoire de Nazianze comme évêque de Constantinople. Il préside alors le concile de Constantinople mais finit par démissionner en plein milieu de celui-ci. Il retourne à Nazianze où il écrit de nombreuses lettres et discours dans lesquels il développe la théologie chrétienne, et principalement la nature divine de l'Esprit Saint comme personne de la Trinité.

La richesse de ses écrits théologiques conduit très vite à une reconnaissance de Grégoire de Nazianze dans toute la chrétienté. Ses écrits sont traduits en latin, puis dans différentes langues. Il influence significativement la théologie de la Trinité, tant des pères grecs que latins. Il est ainsi reconnu comme théologien trinitaire. Il est considéré avec Basile de Césarée et Grégoire de Nysse comme l'un des trois « Pères cappadociens ».

Il devient un Père de l'Église, puis est introduit dans le bréviaire comme « Docteur de l'Église » par le pape Pie V le 20 septembre 1568. Il est vénéré tant par les catholiques que par les orthodoxes.

Ses reliques transférées à Rome au VIIIe siècle, pour éviter leur destruction lors de la querelle iconoclaste, furent données par le pape Jean-Paul II au patriarche Bartholomée Ier de Constantinople en 2004 dans une volonté de réconciliation entre catholique et orthodoxe.

4.4 Grégoire de Nysse

Frère cadet de Basile, Grégoire de Nysse est certainement l'un des plus grands théologiens spéculatifs et mystiques de l'Église

Né vers 335, il est très influencé par Basile qu'il appelle son maître, et par sa sœur Macrine dont il écrira une biographie édifiante. Après avoir été lecteur dans l'Église, il abandonne provisoirement la carrière ecclésiastique : il décide de faire une carrière civile, devient maître de rhétorique et, semble-t-il, se marie.

Mais rappelé par son frère Basile qui a besoin de son appui dans la lutte qui l'oppose à l'arianisme, il est élu évêque de Nysse, bourgade du district métropolitain de Césarée, à l'automne 371. Il commence par se montrer peu apte aux subtilités de la politique ecclésiastique et se heurte aux ariens qui le déposent de son siège en 376 et le contraignent à l'exil jusqu'à la mort de l'empereur Valens en 378.

Dès ce moment et plus encore à la mort de Basile, survenue peu après, sa notoriété et son influence ne cessent de grandir. Il se voit confier par le synode d'Antioche de 379 la mission de visiter le diocèse du Pont. Élu évêque de Sébastée en 380, il en laisse vite la charge à son frère Pierre.

Assumant l'héritage de Basile et reprenant sa lutte contre l'arianisme radical d'Eunome (335-395), il est alors considéré comme l'un des principaux représentants du courant orthodoxe néo-nicéen. A ce titre, il joue un rôle de premier plan au concile œcuménique de Constantinople en 381 et au synode de 383. Signe de son audience à la cour impériale, c'est lui qui est chargé de prononcer les oraisons funèbres de la princesse Pulchérie en 385, et, peu après, de sa mère, l'impératrice Flacillla.

Il intervient dans plusieurs synodes jusqu'en 394, où sa présence est encore attestée à Constantinople. On ignore la date exacte de sa mort, mais elle devrait se situer en 395.
Écrivain rompu à tous les procédés de la rhétorique et de la sophistique, remarquable par la profondeur et la vigueur de ses idées et sa très large ouverture d'esprit, il se situe par ses ouvrages exégétiques et théologiques dans la tradition d'Origène. Il cherche avec rigueur et méthode à concilier christianisme et néoplatonisme. Ses discours et ses lettres sont aussi intéressants pour l'histoire intellectuelle de son temps.

عن الاتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان

عضو في الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة UCIP الذي تأسس عام 1927 بهدف جمع كلمة الاعلاميين لخدمة السلام والحقيقة . يضم الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان UCIP – LIBAN مجموعة من الإعلاميين الناشطين في مختلف الوسائل الإعلامية ومن الباحثين والأساتذة . تأسس عام 1997 بمبادرة من اللجنة الأسقفية لوسائل الإعلام استمرارا للمشاركة في التغطية الإعلامية لزيارة السعيد الذكر البابا القديس يوحنا بولس الثاني الى لبنان في أيار مايو من العام نفسه. "أوسيب لبنان" يعمل رسميا تحت اشراف مجلس البطاركة والأساقفة الكاثوليك في لبنان بموجب وثيقة تحمل الرقم 606 على 2000. وبموجب علم وخبر من الدولة اللبنانية رقم 122/ أد، تاريخ 12/4/2006. شعاره :" تعرفون الحق والحق يحرركم " (يوحنا 8:38 ).