أختر اللغة
الرئيسية | أخبار الكنيسة | الكنيسة في لبنان | Liban : Affaire OTV-Sehnaoui : Mahfouz appelle la chaîne à rejeter le jugement s’il est «injuste»

Liban : Affaire OTV-Sehnaoui : Mahfouz appelle la chaîne à rejeter le jugement s’il est «injuste»

L'affaire du procès intenté par le PDG de la SGBL, Antoun Sehnaoui, contre la OTV, pour un sketch qui le mettait en cause dans une des émissions de la chaîne (qui n'a pas été diffusée, cela dit), a continué à faire des vagues hier,
suscitant un grand élan de solidarité avec la chaîne. Un sit-in a été organisé à 20h30 devant les locaux de la OTV en signe de protestation contre l'amende très importante demandée par le plaignant, à la veille du jugement qui devrait être rendu aujourd'hui par la juge des référés.
Parmi les nombreuses réactions exprimées hier sur cette affaire, l'une d'elles attire particulièrement l'attention, celle de Abdel Hadi Mahfouz, président du Conseil national de l'audiovisuel (CNA), interrogé par l'agence al-Markaziya. Celui-ci a qualifié la décision d'imposer une amende à la chaîne d'« illégale et injuste », tout en se déclarant confiant par rapport au jugement d'aujourd'hui. Mais il a appelé la chaîne, « au cas où ce jugement serait injuste, à ne pas s'y conformer ». 
Par ailleurs, une réunion de solidarité avec les organes de presse et les médias contre lesquels des poursuites sont engagées, et auxquels ont été infligées des amendes de plus en plus importantes, a été tenue hier au siège de l'ordre de la presse, à l'invitation de son président Mohammad Baalbacki. Étaient présents Laure Sleiman Saab, directrice de l'Agence nationale d'information (ANI), représentant le ministre de l'Information Tarek Mitri, les députés Michel Moussa, Hassan Fadlallah, Ibrahim Kanaan, Émile Rahmé et Edgar Maalouf, le membre du conseil de l'ordre des avocats Georges Baroud, représentant la bâtonnière Amal Haddad, Mohammad Ibrahim, directeur de Radio-Liban, et des directeurs de rédaction de plusieurs médias de la presse écrite et audiovisuelle dont L'Orient-Le Jour.
Prononçant le mot de M. Mitri, Mme Saab a assuré que « la liberté de presse n'est pas en danger, puisqu'elle est protégée par la loi ». Elle a fait remarquer qu'« il est possible de protester contre des jugements dans le cadre de l'appareil judiciaire lui-même ». Elle a souligné « l'importance de protéger la liberté de la presse et d'expression au Liban, et d'éloigner cette question de la politique et des hommes politiques, la confinant dans le seul cadre judiciaire ».
Pour sa part, M. Kanaan a estimé que « le message des médias est de briser tous les tabous, et il est de leur droit de dire tout ce qu'ils veulent sur les affaires qui secouent la société, quel que soit le média par ailleurs ». « Il ne faut pas que cette liberté soit réprimée par des décisions qui arrivent au point d'interdire des émissions comme c'était le cas à la OTV, a-t-il poursuivi. À partir de là, et pour protéger la justice et la loi, nous demandons que soit respectée la liberté de la presse. »
Pour sa part, M. Fadlallah a estimé que « la loi sur l'audiovisuel est claire, mais n'est pas appliquée ». M. Baalbacki s'est demandé pourquoi c'est le juge des référés, et non le tribunal des imprimés, qui statue en cette affaire. Il a souligné qu'« il est impossible de se taire quand le plaignant demande une amende qui va jusqu'à 413 milliards de livres ». Il a enfin appelé à moderniser les lois sur la presse et l'audiovisuel.
Parmi les autres réactions à l'affaire de l'OTV, celle-ci a été qualifiée de « contraire aux lois et de mascarade » par l'Union catholique internationale de la presse (UCIP). L'organisation a exigé d'« éloigner la politique de la justice ». Le Parti démocratique a estimé que ce qui se passe à la OTV est « politique par excellence, même si certains tentent de lui conférer un caractère de conflit personnel ». L'ancien député Émile Émile Lahoud a déclaré sa solidarité avec la chaîne, estimant que celle-ci « est la cible d'une campagne féroce sous le couvert d'une simple affaire judiciaire ». L'ancien ministre Wadih el-Khazen a « fortement dénoncé les attaques contre la chaîne », les qualifiant de « nuisibles pour la liberté d'expression ».
Enfin, le syndicat des employés de Télé-Liban s'est déclaré solidaire de la OTV et de tous ses employés, annonçant son intention de participer à toute activité de soutien à la chaîne.
L'orient le jour

عن الاتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان

عضو في الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة UCIP الذي تأسس عام 1927 بهدف جمع كلمة الاعلاميين لخدمة السلام والحقيقة . يضم الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان UCIP – LIBAN مجموعة من الإعلاميين الناشطين في مختلف الوسائل الإعلامية ومن الباحثين والأساتذة . تأسس عام 1997 بمبادرة من اللجنة الأسقفية لوسائل الإعلام استمرارا للمشاركة في التغطية الإعلامية لزيارة السعيد الذكر البابا القديس يوحنا بولس الثاني الى لبنان في أيار مايو من العام نفسه. "أوسيب لبنان" يعمل رسميا تحت اشراف مجلس البطاركة والأساقفة الكاثوليك في لبنان بموجب وثيقة تحمل الرقم 606 على 2000. وبموجب علم وخبر من الدولة اللبنانية رقم 122/ أد، تاريخ 12/4/2006. شعاره :" تعرفون الحق والحق يحرركم " (يوحنا 8:38 ).