أختر اللغة
الرئيسية | أخبار الكنيسة | الكنيسة في لبنان | Liban : Melhem Karam repose depuis mardi dans la bonne terre de Deir el-Qamar

Liban : Melhem Karam repose depuis mardi dans la bonne terre de Deir el-Qamar

 Les obsèques de Melhem Karam, président de l'ordre des journalistes et vice-président de la Fédération des journalistes arabes, foudroyé samedi par une crise cardiaque, ont été célébrées mardi.

La médaille d'or du Mérite présidentiel lui a été octroyée à titre posthume. Le monde de la presse le pleure.
Le Liban a fait ses adieux mardi à l'ancien président de l'ordre des journalistes, Melhem Karam, emporté samedi dernier par une foudroyante crise cardiaque et dont la dépouille mortelle repose désormais dans la terre de Deir el-Qamar, son village natal.
Les obsèques de Melhem Karam ont été célébrées par l'archevêque maronite de Beyrouth, Boulos Matar, en la cathédrale Saint-Georges, en présence d'une foule émue et silencieuse.
L'éloge funèbre d'un homme qui défendit la liberté d'expression avec une détermination qui ne s'est jamais démentie, et qui termina sa longue carrière à la tête d'un empire de presse qui comptait quatorze titres, a été prononcé par Mgr Matar, au nom du patriarche maronite.
Un second éloge funèbre a été prononcé, à la fin de l'office religieux, par un homme qui fut l'alter ego de Melhem Karam, le président de l'ordre de la presse, Mohammad Baalbacki, qui lui était lié par des liens très forts de solidarité, d'amitié « et même de fraternité », pour citer l'intéressé.
Un dernier mot devait être prononcé en fin de cérémonie par son frère, M. Issam Karam, ancien président de l'ordre des avocats.
En hommage à la mémoire de Melhem Karam, le représentant du chef de l'État à la cérémonie, le ministre Jean Oghassabian, devait déposer sur son cercueil l'insigne d'or du Mérite présidentiel.
Outre Jean Oghassabian, le commandant de l'armée, le général Jean Kahwagi, a assisté à la cérémonie, ainsi qu'un grand nombre de députés, de ministres et de figures politiques, de membres du corps diplomatique et de propriétaires et directeurs de journaux. Une délégation de la Fédération de la presse arabe, dont Melhem Karam était le vice-président, était également présente, ainsi d'ailleurs qu'un ministre tunisien représentant le chef de l'État tunisien et l'ambassadeur de Syrie au Liban représentant le président Bachar el-Assad. MM. Nouhad Machnouk et Adnane Kassar représentaient respectivement le président de la Chambre et le président du Conseil.

« Un fils de l'Église maronite »
Les éloges funèbres du grand disparu ont souligné certaines des grandes qualités de Melhem Karam. Le patriarche a relevé notamment « l'énergie d'entreprendre » du fils de Karam Melhem Karam, l'homme de lettres célèbre dont il a été le digne successeur, ainsi que son courage et son sens de l'initiative qui avaient fini par en faire un magnat de la presse locale, avec des titres comme La Revue du Liban, le Monday Morning et le Hawadess.
Le patriarche a également relevé l'ampleur de son entregent politique, aussi bien au Liban et dans le monde arabe, ainsi que sa perspicacité, son talent oratoire, son sens de la répartie et sa culture, des qualités qu'il savait allier à un sens certain de la modestie, qu'il exprimait chaque fois qu'en présence du patriarche, il se défendait d'être autre chose qu'un fils de l'Église maronite. Sa voix, a ajouté le patriarche, était respectée et écoutée dans le monde arabe.
Melhem Karam avait su allier à ces qualités d'agitateur d'idées et d'homme d'action un sens bien traditionnel de la famille et une grandeur de cœur qu'il savait étendre, au besoin, aux étrangers, et en particulier à des membres de la profession qu'il savait en butte aux tracasseries des autorités, a encore affirmé le patriarche dans son éloge funèbre.
Le texte a également fait référence à la place immense qu'occupait dans l'esprit et le cœur de Melhem Karam son épouse, dont le décès prématuré l'a énormément affecté. Et de rendre hommage à la manière dont il a élevé ses enfants, dans l'amour du Liban et des vraies valeurs.

Baalbacki pleure « un frère »
Dans la perte de Melhem Karam, Mohammad Baalbacki a pleuré celle d'un véritable « frère ». « Ce n'est pas un adieu que je lui fais, mais un rendez-vous que je lui donne », a osé dire le président de l'ordre de la presse, qui n'a pas hésité à proclamer sa foi dans « la résurrection ».
Baalbacki a évoqué les combats menés, près de cinquantaine ans durant, pour la défense des libertés au Liban et dans le monde arabe.
« Ce sont des nuits entières que nous avons passées à forger les articles de la loi sur la presse, ou pour défendre un journaliste ou empêcher la suspension d'une publication », a souligné le président de l'ordre de la presse, qui a fait état de la véritable « consécration » que Melhem Karam a vécue au service d'une noble profession dont la « trinité » terrestre était : « Le mot, la liberté et le Liban. »
En ce qui concerne la lourde succession de Melhem Karam à la tête de l'ordre des journalistes, il est prématuré de faire des pronostics, estiment les milieux de la presse. En tout état de cause, rien ne sera fait avant le quarantième du décès, après quoi un nouveau membre devrait être élu au conseil de la presse, en prévision de l'élection d'un successeur. Selon le règlement interne de l'ordre, les postes vacants pour cause de décès doivent être pourvus dans les trois mois. Il reste environ un an et demi de l'actuel mandat du président de l'ordre défunt.
L`orient le jour

عن الاتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان

عضو في الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة UCIP الذي تأسس عام 1927 بهدف جمع كلمة الاعلاميين لخدمة السلام والحقيقة . يضم الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان UCIP – LIBAN مجموعة من الإعلاميين الناشطين في مختلف الوسائل الإعلامية ومن الباحثين والأساتذة . تأسس عام 1997 بمبادرة من اللجنة الأسقفية لوسائل الإعلام استمرارا للمشاركة في التغطية الإعلامية لزيارة السعيد الذكر البابا القديس يوحنا بولس الثاني الى لبنان في أيار مايو من العام نفسه. "أوسيب لبنان" يعمل رسميا تحت اشراف مجلس البطاركة والأساقفة الكاثوليك في لبنان بموجب وثيقة تحمل الرقم 606 على 2000. وبموجب علم وخبر من الدولة اللبنانية رقم 122/ أد، تاريخ 12/4/2006. شعاره :" تعرفون الحق والحق يحرركم " (يوحنا 8:38 ).