شريط الأحداث
أختر اللغة
الرئيسية | أخبار الكنيسة | الكنيسة في لبنان | “Pourquoi la liturgie ? Que signifie la liturgie ?” par le P. Juan José Silvestre

“Pourquoi la liturgie ? Que signifie la liturgie ?” par le P. Juan José Silvestre

« Sans la liturgie et les sacrements, la profession de foi n’aurait pas d’efficacité parce qu’il lui manquerait la grâce qui soutient le témoignage des chrétiens », explique le P. Juan José Silvestre,

professeur de liturgie à l’université pontificale de la Sainte Croix, à Rome, et consulteur de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements et du Bureau des célébrations liturgiques du souverain pontife, propose ce commentaire des nn. 1066-1070 du Catéchisme de l’Église Catholique à propos du rapport – intrinsèque – entre foi et liturgie.

Dans le Catéchisme de l’Église catholique (CEC), après la profession de foi, développée dans la première partie, on passe à l’explication de la vie sacramentelle, dans laquelle le Christ est présent, réalise et continue l’édification de son Église. En effet si, dans la liturgie, ne ressortait pas la figure du Christ, qui en est le principe et qui est réellement présent pour la rendre valide, nous n’aurions plus la liturgie chrétienne, entièrement dépendante du Seigneur et soutenue par sa présence.

Il existe donc un rapport intrinsèque entre foi et liturgie, qui sont intimement unies. En réalité, sans la liturgie et les sacrements, la profession de foi n’aurait pas d’efficacité parce qu’il lui manquerait la grâce qui soutient le témoignage des chrétiens. Et « d'autre part, l'action liturgique ne peut jamais être considérée d'une manière générique, indépendamment du mystère de la foi. En effet, la source de notre foi et de la liturgie eucharistique est le même événement : le don que le Christ fait de lui-même dans le mystère pascal » (Benoît XVI, Sacramentum Caritatis, 34).

Si l’on ouvre le Catéchisme à la seconde partie, on lit que le mot “liturgie” signifie à l’origine « service de la part de/et en faveur du peuple ». Dans la tradition chrétienne, cela veut dire que le peuple de Dieu participe à l’«œuvre de Dieu » (CEC, 1069).

En quoi consiste cette « œuvre de Dieu » à laquelle nous participons ? La réponse du Catéchisme est claire et nous permet de découvrir le lien intime qui existe entre foi et liturgie : « Dans le Symbole de la foi, l’Église confesse le mystère de la Trinité Sainte et son " dessein bienveillant " (Ep 1, 9) sur toute la création : le Père accomplit le “mystère de sa volonté” en donnant son Fils Bien-aimé et son Esprit Saint pour le salut du monde et pour la gloire de son Nom » (CEC, 1066).

En effet, « cette œuvre de la rédemption des hommes et de la parfaite glorification de Dieu, à quoi avaient préludé les grandes œuvres divines dans le peuple de l’Ancien Testament, le Christ Seigneur l’a accomplie principalement par le mystère pascal de sa bienheureuse passion, de sa résurrection du séjour des morts et de sa glorieuse ascension » (CEC, 1067). C’est cela le mystère du Christ que l’Église « annonce et célèbre dans sa liturgie, afin que les fidèles en vivent et en témoignent dans le monde » (CEC, 1068).

Par la liturgie, « s’exerce l’œuvre de notre rédemption » (Concile Vatican II, Sacrosanctum Concilium, 2). C’est pourquoi, de même qu’il fut envoyé par le Père, le Christ a envoyé les apôtres pour qu’ils prêchent la rédemption et « exercent cette œuvre de salut qu’ils annonçaient, par le sacrifice et les sacrements autour desquels gravite toute la vie liturgique » (ibid., 6).

Nous voyons ainsi que le Catéchisme synthétise l’œuvre du Christ dans le mystère pascal qui en est le noyau essentiel. Et le lien avec la liturgie est évident puisque « par la liturgie le Christ, notre Rédempteur et Grand Prêtre, continue dans son Église, avec elle et par elle, l’œuvre de notre rédemption » (CEC, 1069). Cette « œuvre de Jésus-Christ », parfaite glorification de Dieu et sanctification des hommes, est donc le véritable contenu de la liturgie.

Ce point est important parce que, s’il est vrai que l’expression et le contenu théologico-liturgique du mystère pascal devraient inspirer les études théologiques et la célébration liturgique, cela n’a pas toujours été le cas. En effet, « la majeure partie des problèmes concernant l’application concrète de la réforme liturgique est liée au fait que l’on n’a pas accordé suffisamment d’attention au poids donné par le Concile Vatican II à la fête de Pâques […]. Pâques signifie que la croix et la résurrection sont inséparables […]. La croix est au centre de la liturgie chrétienne, dans toute sa gravité : un optimisme béat qui nie la souffrance et l’injustice dans le monde et pour qui être chrétien se réduit à être bien élevé n’a rien à voir avec la liturgie de la croix. La rédemption a coûté à Dieu la souffrance et la mort de son fils. Ainsi l’“exercitium” de la rédemption qui, selon le texte conciliaire, est la liturgie, ne peut se produire sans les purifications et les maturations qui nous viennent de la suite de la croix » (J. Ratzinger/Benoît XVI, Teologia della liturgia, LEV, Città del Vaticano 2010, pp. 775-776, trad. ZENIT).

Un tel langage se heurte à une certaine mentalité incapable d’accepter la possibilité d’une réelle intervention divine dans notre monde, au secours de l’homme. Et donc, « la confession d'une intervention rédemptrice de Dieu pour changer cette situation d'aliénation et de péché est considérée par ceux qui partagent la vision déiste comme intégriste, et le même jugement est porté à propos d'un signe sacramentel qui rend présent le sacrifice rédempteur. A leurs yeux, il serait plus acceptable de célébrer un signe qui corresponde à un vague sentiment de communauté. Toutefois, le culte ne peut naître de notre imagination; ce serait un cri dans l'obscurité ou une simple affirmation de soi. La véritable liturgie présuppose que Dieu réponde et nous montre comment nous pouvons l'adorer. "L'Église peut célébrer et adorer le mystère du Christ présent dans l'Eucharistie justement parce que le Christ lui-même s'est donné en premier à elle dans le sacrifice de la croix" (Sacramentum caritatis, n. 14). L'Église vit de cette présence et a comme raison d'être et d'exister celle de diffuser cette présence dans le monde entier » (Benoît XVI, Discours du 15.04.2010).

C’est là la merveille de la liturgie qui, comme le rappelle le Catéchisme, est culte divin, annonce de l’évangile et charité en acte (cf. CEC, 1070). C’est Dieu lui-même qui agit et nous sommes attirés par son action, pour être transformés en lui.

P. Juan José Silvestre
zenit

عن الاتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان

عضو في الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة UCIP الذي تأسس عام 1927 بهدف جمع كلمة الاعلاميين لخدمة السلام والحقيقة . يضم الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان UCIP – LIBAN مجموعة من الإعلاميين الناشطين في مختلف الوسائل الإعلامية ومن الباحثين والأساتذة . تأسس عام 1997 بمبادرة من اللجنة الأسقفية لوسائل الإعلام استمرارا للمشاركة في التغطية الإعلامية لزيارة السعيد الذكر البابا القديس يوحنا بولس الثاني الى لبنان في أيار مايو من العام نفسه. "أوسيب لبنان" يعمل رسميا تحت اشراف مجلس البطاركة والأساقفة الكاثوليك في لبنان بموجب وثيقة تحمل الرقم 606 على 2000. وبموجب علم وخبر من الدولة اللبنانية رقم 122/ أد، تاريخ 12/4/2006. شعاره :" تعرفون الحق والحق يحرركم " (يوحنا 8:38 ).