أختر اللغة
الرئيسية | أخبار الكنيسة | الكنيسة في لبنان | Raï reçu à Ankara par le chef de l’état turc

Raï reçu à Ankara par le chef de l’état turc

Le patriarche a soulevé avec ses hôtes les dossiers des maronites de Chypre et de Turquie, et celui des Arméniens.

Le patriarche Béchara Raï a été reçu hier à Ankara par le président Abdullah Gül, devenant ainsi le premier patriarche maronite à visiter l’Anatolie depuis 1867, date à laquelle le patriarche Boulos Massaad avait visité l’Empire ottoman. Le chef de l’Église maronite est accompagné de son vicaire général Boulos Sayah, ainsi que des évêques maronites d’Alep et de Chypre, Youssef Anis Abi Akl et Youssef Soueif.
Le chef de l’Église maronite répond à une invitation que lui avait transmise, lors de son passage à Beyrouth, voici quelques mois, le ministre turc des Affaires étrangères.
Le patriarche a rencontré hier le président Gül au palais présidentiel d’Ankara. Il a abordé avec lui divers sujets pastoraux qui lui tiennent à cœur, soulevant le cas des quatre villages maronites qui se trouvent dans la partie nord de Chypre, contrôlée par l’armée turque, et qui ont des difficultés pour gagner leurs villages, voire pour y vivre et exploiter leurs terres. Il a également soulevé le cas des biens de l’Église maronite confisqués par l’Empire ottoman, ainsi que la cause arménienne, sans oublier celle d’une petite communauté maronite vivant à Iskenderun, où l’ordre des antonins souhaite créer une paroisse.
Interrogé par son hôte sur ce qu’il pense du printemps arabe, le patriarche a affirmé que l’Église maronite appuie l’autorité politique et non pas un régime particulier. Raï a souhaité l’arrêt de l’effusion de sang, condamnant l’usage disproportionné de la force militaire ainsi que les attentats dont la population civile est la première victime. Il a souhaité de tout cœur que l’émissaire de l’ONU, Kofi Annan, réussisse dans sa mission.
Dans la journée, le patriarche avait été reçu par le directeur des affaires religieuses turques, cheikh Mohammad Kormaz, qui a offert au patriarche de précieux firmans ottomans en vertu desquels la Sublime-Porte avait accordé à l’Église maronite un don de 10 000 francs pour la fondation d’un deuxième Collège maronite à Rome, après la nationalisation du premier par Napoléon Bonaparte.
Le patriarche, qui connaît l’histoire des maronites dans ses moindres détails, devait donner à son hôte des explications complètes de la transaction qui devait aboutir au don. C’est le patriarche Youhanna Hajje qui, en 1895, devait acheter le bâtiment qui continue de servir aujourd’hui encore de siège à l’Église maronite à Rome, a-t-il dit, se promettant d’installer le précieux cadeau de l’État turc en bonne place dans le musée de Bkerké.

Devant le dignitaire religieux sunnite, le patriarche Raï a brièvement exposé l’histoire des maronites, avant de lui expliquer que les cultures chrétienne et musulmane au Liban se sont si étroitement côtoyées, et durant si longtemps, qu’il s’est créé une culture libanaise mixte en vertu de laquelle il y a un peu de culture musulmane dans chaque chrétien et un peu de culture chrétienne dans chaque musulman.
Le soir, le patriarche Raï et la délégation libanaise qui l’accompagne devaient dîner à la table de cheikh Kormaz.

 
L'orient le jour

عن الاتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان

عضو في الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة UCIP الذي تأسس عام 1927 بهدف جمع كلمة الاعلاميين لخدمة السلام والحقيقة . يضم الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان UCIP – LIBAN مجموعة من الإعلاميين الناشطين في مختلف الوسائل الإعلامية ومن الباحثين والأساتذة . تأسس عام 1997 بمبادرة من اللجنة الأسقفية لوسائل الإعلام استمرارا للمشاركة في التغطية الإعلامية لزيارة السعيد الذكر البابا القديس يوحنا بولس الثاني الى لبنان في أيار مايو من العام نفسه. "أوسيب لبنان" يعمل رسميا تحت اشراف مجلس البطاركة والأساقفة الكاثوليك في لبنان بموجب وثيقة تحمل الرقم 606 على 2000. وبموجب علم وخبر من الدولة اللبنانية رقم 122/ أد، تاريخ 12/4/2006. شعاره :" تعرفون الحق والحق يحرركم " (يوحنا 8:38 ).