أختر اللغة
الرئيسية | أخبار الكنيسة | الكنيسة في لبنان | SYNODE : INTERVENTION DE L’INVITE SPECIAL, AYATOLLAH SEYED MOSTAFA MOHAGHEGH AHMADABADI

SYNODE : INTERVENTION DE L’INVITE SPECIAL, AYATOLLAH SEYED MOSTAFA MOHAGHEGH AHMADABADI

Au cours des dernières décennies, les religions se trouvent face à de nouvelles conditions, dont l’aspect le plus important est le désordre prolongé de leurs disciples dans les lieux véritables de la vie sociale, ainsi que dans les arènes nationale et internationale.

Avant la Seconde Guerre mondiale, et malgré les développements technologiques, les fidèles des différentes religions vivaient plus ou moins à l’intérieur de leurs frontières nationales. Il n’y avait ni l’énorme question de l’immigration ni la forte expansion de la communication qui met en relation autant de groupes sociaux différents.

Et le monde n’était pas devenu ce “village planétaire” qui “met en relation” tant de destinées! Nous assistons aujourd’hui aux changements profonds qui se sont produits au cours des cinquante dernières années et à une transformation qui se poursuit à une vitesse inouïe.

Ceux-ci ont eu non seulement des effets sur la qualité des rapports existant entre les religions, mais ils ont également influé sur les relations entre les différents segments des religions et même avec leurs fidèles. Certes, aucune religion ne peut rester indifférente à cette situation en mutation rapide.

À la fin du deuxième millénaire, le multiculturalisme au sein des sociétés était plus ou moins accepté dans le monde entier.

Jusqu’à ce moment-là, la société multiculturelle était comprise de manière très différente par rapport à l’expérience que nous vivons aujourd’hui. Et une culture nouvellement insérée dans une société ne pouvait être acceptée que comme étant “la nouvelle Culture” et non pas en fonction de ses mérites ou de son excellence.

Mais aujourd’hui il y a de moins en moins de sociétés et de groupes qui voudraient défendre une société à culture monolithique. L’expérience dans les Balkans a prouvé que l’on ne peut pas défendre la domination culturelle et ethnique d’un groupe sur les autres en ne tenant pas compte des autres groupes existant au sein de cette société.

Il s’agit là d’une nécessité importante et réelle et non pas d’une perception intellectuelle isolée. Dans les sociétés où ont été placés différents groupes ethniques avec leurs propres langues et religions, il faut respecter leur présence et leurs droits aux fins de la stabilité sociale et du bon sens éthique.

L’accord entre les intérêts et le bien-être social au niveau national et international est tel qu’aucun groupe ni aucun pays ne peut être ignoré. C’est la réalité de notre temps. Comme il a été décrit, la compréhension que les religions auront les unes des autres reflète ce nouveau statut mis en place, et devra nécessairement prendre en considération, à l’avenir, ces nouvelles conditions.

Chacun partagera son propre destin avec les autres. Cette idée est aujourd’hui partagée par de nombreux maîtres à penser et un nombre toujours plus important de personnes se rangent du côté de cette réalité. Une condition préalable à cette façon de penser consiste à mettre de côté notre point de vue formel, classique et conditionné, sur les autres religions et cultures afin d’avoir une vision qui soit plus objective. Nous devons considérer les autres cultures avec compréhension, respect et solidarité.

En même temps, il est indéniable qu’il existe encore des points de vue partiaux et réactionnaires découlant d’un système de pensée politique et culturel historiquement empreint de préjugés, de volonté d’expansionnisme et de suprématie.

Mais je crois que, à long terme, cette sorte de pensée discriminatoire et chauviniste est en train de s’affaiblir et va sûrement disparaître. Outre ces transformations, d’autres changements culturels et intellectuels ont pris forme, la plupart étant compris dans le domaine du monde occidental industrialisé.

Ceci a soulevé certains doutes et interrogations, même sur certaines questions qui semblaient précédemment “inévitables”.

Il semble y avoir à présent un désir croissant et un besoin impérieux de découvrir les “autres”, d’autres cultures ou modes de vie, d’autres philosophies ou religions. Ce désir est non seulement une curiosité, mais surtout une nécessité intérieure et spirituelle, qui s’exprime le plus fréquemment parmi les jeunes et les penseurs de ces sociétés.

Ce qui est important ici, c’est que ce mouvement influencera certainement la compréhension spirituelle que les religions ont les unes des autres.

Mais il faudrait noter qu’aujourd’hui la tendance est de prêter attention aux confessions asiatiques, et aux nouvelles sectes religieuses, filles des sociétés industrialisées et ayant une base essentiellement spirituelle. Ces groupes trouvent chaque jour plus d’adeptes.

Nous devrions aussi analyser quelle est la condition idéale pour les croyants et les disciples. Comment parvenir à la meilleure situation possible? Le monde idéal serait un État où les croyants de n’importe quelle confession peuvent vivre libres, sans appréhensions, craintes ni obligations, selon les principes de base et les modes de leurs coutumes et de leurs traditions.

Ce droit qui est universellement reconnu devrait en fait être exercé par les États et les communautés. De plus, le droit d’interprétation d’une confession devrait être accordé aux croyants de cette même religion, dans la mesure où cette interprétation se base sur des données scientifiques et l’esprit de base de cette religion.

La vérité est que ces croyants ont plus que tout autre l’autorité et le droit d’interpréter leur propre religion. Nul besoin de rappeler que chaque confession doit avoir, bien évidemment, son exégèse actuelle, sans laquelle la tâche serait ardue.

Nul n’est autorisé à faire une interprétation au nom des autres et à prendre des décisions à leur place. Chaque confession a sa propre logique et méthode se basant sur ses exigences et sur le moment historique.

Toute adaptation ou correspondance en dehors de ce cadre qui n‘est pas reconnue par les fidèles n’a aucune légitimité, elle n’est donc ni valable ni durable.

C’est un bien pour l’essence de chaque religion et pour ses croyants que les disciples de chaque confession puissent exercer leurs droits sans honte ni peur et vivre conformément à leur patrimoine historique et à leur culture.

La stabilité du monde dépend de la stabilité des moyens d’existence des groupes, grands ou petits, et des sociétés. Cette stabilité ne pourra être réalisée que quand tout le monde pourra vivre sans peur et sans être menacé par les autres.

C’est là l’élément le plus important pour atteindre une stabilité éthique et sociale et la paix. Il est de notre devoir d’assurer de telles conditions.

Les rapports entre l’Islam et le Christianisme, fondés sur des inspirations et des propositions du Saint Coran, depuis l’établissement de l’Islam en Arabie saoudite, se basent sur l’amitié, le respect et la compréhension mutuelle.

Jésus est appelé la “Parole de Dieu” dans le Saint Coran qui établit que croire en lui est fondamental pour les croyants, au point que tout doute sur ses conseils a été dénoncé. “ … Et tu trouveras certes que les plus disposés à aimer les croyants sont ceux qui disent : «Nous sommes chrétiens.» C’est qu’il y a parmi eux des prêtres et des moines, et qu’ils ne s’enflent pas d’orgueil”.

Sourate Ma’eede, ch. 82 “ … quand les Anges dirent : «Ô Marie, voilà que Dieu t’annonce une parole de Sa part : son nom sera le Messie, Jésus, fils de Marie, illustre ici-bas comme dans l’au-delà, et l’un des rapprochés de Dieu”. Sourate Al-Omran, ch. 45.

Il est regrettable qu’au cours des derniers 1 400 ans, parfois du fait de considérations politiques, ces relations aient connu des moments sombres. Mais il ne faudrait pas imputer ces actes illégitimes accomplis par certains individus ou groupes à l’Islam ou au Christianisme.

Selon les enseignements du Coran, dans la plupart des pays islamiques, notamment en Iran, comme la loi même l’a stipulé, les chrétiens vivent côte à côte et en paix avec leurs frères musulmans.

Ils jouissent de tous les droits juridiques comme les autres citoyens et exercent librement leur pratiques religieuses.

Enfin, je voudrais profiter de cette occasion pour exprimer ma gratitude au Saint-Père, le Pape Benoit XVI pour ses remarques opportunes et capitales dans les discours à Jérusalem et à Istanbul concernant l’importance d’assurer des relations saines et amicales continues entre chrétiens et musulmans. Une telle approche et de telles manières sont essentielles pour tous les croyants et certainement importantes pour la paix dans le monde.

Merci et que Dieu vous bénisse!

عن الاتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان

عضو في الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة UCIP الذي تأسس عام 1927 بهدف جمع كلمة الاعلاميين لخدمة السلام والحقيقة . يضم الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان UCIP – LIBAN مجموعة من الإعلاميين الناشطين في مختلف الوسائل الإعلامية ومن الباحثين والأساتذة . تأسس عام 1997 بمبادرة من اللجنة الأسقفية لوسائل الإعلام استمرارا للمشاركة في التغطية الإعلامية لزيارة السعيد الذكر البابا القديس يوحنا بولس الثاني الى لبنان في أيار مايو من العام نفسه. "أوسيب لبنان" يعمل رسميا تحت اشراف مجلس البطاركة والأساقفة الكاثوليك في لبنان بموجب وثيقة تحمل الرقم 606 على 2000. وبموجب علم وخبر من الدولة اللبنانية رقم 122/ أد، تاريخ 12/4/2006. شعاره :" تعرفون الحق والحق يحرركم " (يوحنا 8:38 ).