شريط الأحداث
أختر اللغة
الرئيسية | أخبار الكنيسة | الكنيسة في لبنان | SYNODE : INTERVENTION DE L’INVITE SPECIAL, M. MUHAMMAD AL-SAMMAK

SYNODE : INTERVENTION DE L’INVITE SPECIAL, M. MUHAMMAD AL-SAMMAK

Lorsque j’ai eu l’honneur d’être invité au Synode spécial pour le Moyen-Orient, je me suis posé deux questions. La première est la suivante: pourquoi ce Synode est-il consacré aux chrétiens d’Orient? Et la deuxième: que signifie-t-il d’inviter un musulman au Synode,

quel rôle puis-je y jouer maintenant et à l’avenir? En ce qui concerne la première question, tenter d’y répondre soulève de nombreuses interrogations. D’abord, si la situation des chrétiens d’Orient était bonne, aurait-on eu besoin d’appeler à la tenue de ce synode?

Et puis, ce Synode peut-il leur assurer la sérénité et confirmer leur enracinement dans la terre de leurs pères et de leurs aïeux, cette terre d’où a jailli la lumière de foi chrétienne pour embrasser le monde entier? Personnellement, en tant que musulman, j’estime importante l’attention que le Vatican prête aux problèmes des chrétiens en général et des chrétiens d’Orient en particulier, cet Orient source et berceau du christianisme.

En même temps, j’espère que l’initiative du roi d’Arabie Saoudite Abdallah Ben Abdel Aziz en faveur du dialogue interreligieux et interculturel puisse traduire l’attention du monde arabe et islamique à cette cause, sous toutes ses dimensions nationales, religieuses et humaines, afin que ces deux initiatives, celle du Vatican et celle de l’Arabie Saoudite, puissent se compléter l’une l’autre en vue de la résolution des problèmes des chrétiens d’Orient, sachant qu’il s’agit là d’une seule et même cause islamo-chrétienne.

En ce qui concerne la deuxième question, je ne crois pas que j’ai été invité au Synode pour connaître les difficultés des chrétiens dans certains états de l’Orient. Notre souffrance en tant qu’orientaux n’est qu’une seule. Nous partageons nos souffrances. Nous les vivons dans notre retard social et politique, dans notre régression économique et de développement, dans notre tension religieuse et confessionnelle. Cependant, ce fait de prendre le chrétien pour cible en raison de sa religion, même s’il s’agit là d’un phénomène nouveau et accidentel pour nos sociétés, peut être très dangereux; le plus dangereux est qu’il pose le problème de la réciprocité.

Il s’agit d’un phénomène étranger à l’Orient et qui plus est en contradiction avec nos cultures religieuses et nos constitutions nationales. Car ceci indique deux faits très graves: tout d’abord, une tentative de déchirer le tissu de nos sociétés nationales, de les démonter et de retirer les liens de leur tissu complexe construit et reconnu depuis de nombreux siècles.

Ensuite, une tentative de montrer l’islam sous une image différente par rapport à celle qu’il est en réalité et en opposition à ce qu’il professe et en contradiction avec ce sur quoi il se fonde essentiellement, à savoir la considération des différences entre les peuples comme l’un des signes de Dieu dans la création et comme une expression vivante de la volonté de Dieu, ainsi que l’acceptation de la règle du pluralisme et du respect de la diversité et de la foi dans tous les messages divins et dans ce que Dieu y a révélé.

Le Saint Coran dit: “Il est, parmi les gens du Livre, une communauté droite qui, aux heures de la nuit, récite les versets d’Allah en se prosternant.

Ils croient en Allah et au Jour dernier, ordonnent le convenable, interdisent le blâmable et concourent aux bonnes oeuvres. Ceux-là sont parmi les gens de bien” (3, 113-114).

Deux points négatifs posent le problème qu’affrontent les chrétiens d’Orient: le premier point concerne le manque de respect des droits de la citoyenneté dans la pleine égalité face à la loi dans certains pays.

Le second concerne l’incompréhension de l’esprit des enseignements islamiques particuliers relatifs aux relations avec les chrétiens que le Saint Coran a qualifiés comme “les plus disposés à aimer les croyants”, justifiant cet amour en disant “qu’il y a parmi eux des prêtres et des moines, et qu’ils ne s’enflent pas d’orgueil”.

Ces deux points négatifs, dans tout ce qu’ils comportent comme contenus intellectuels et politiques négatifs, et dans tout ce qu’ils impliquent comme attitudes relatives aux accords et à leur application et qu’ils causent comme actions inquiétantes et nuisibles, nous font du mal à tous – chrétiens et musulmans – et nous offensent tous dans notre vie et dans notre destin communs.

Pour cela, nous sommes appelés, en tant que chrétiens et musulmans, à travailler ensemble pour transformer ces deux éléments négatifs en points positifs: en premier lieu, à travers le respect des fondements et des règles de la citoyenneté qui réalise l’égalité d’abord en droits et ensuite en devoirs.

En second lieu, en dénonçant la culture de l’exagération et de l’extrémisme dans son refus de l’autre et dans son désir d’avoir le monopole exclusif de la vérité authentique et en oeuvrant à la promotion et à la diffusion de la culture de la modération, de la charité et du pardon en tant que respect de la différence de religion et de croyance, et de la différence de langue, de culture, de couleur et de race; ensuite, comme nous l’enseigne le Saint Coran, nous nous remettons au jugement de Dieu concernant nos différences.

Oui, les chrétiens d’Orient sont à l’épreuve, mais ils ne sont pas seuls.

Oui, les chrétiens d’Orient ont en effet besoin d’aide et de soutien, mais cela ne doit pas se faire en facilitant leur émigration ou leur repli sur eux-mêmes, ni à travers l’abandon par leurs partenaires musulmans de leurs devoirs nationaux et moraux à leurs égards.

Faciliter l’émigration, c’est les contraindre à l’émigration. Se replier sur soi-même, c’est s’étouffer lentement. Abandonner le devoir de défendre le droit de l’autre à une vie libre et digne, c’est diminuer l’humanité de l’autre et abandonner les constantes de la foi.

La présence chrétienne en Orient, qui oeuvre et qui agit avec les musulmans, est une nécessité autant chrétienne qu’islamique. C’est une nécessité non seulement pour l’Orient, mais aussi pour le monde entier. Le danger que représente l’érosion de cette présence au niveau quantitatif et qualitatif est une préoccupation autant chrétienne qu’islamique, non seulement pour les musulmans d’Orient, mais aussi pour tous les musulmans du monde entier.

De plus, je peux vivre mon Islam avec tout autre musulman de tout état et de toute ethnie, mais en tant qu’arabe du Moyen-Orient, je ne peux pas vivre mon arabité sans le chrétien arabe du Moyen-Orient.

L’émigration du chrétien est un appauvrissement de l’identité arabe, de sa culture et de son authenticité. C’est pour cette raison que je souligne encore une fois ici, depuis la tribune du Vatican, ce que j’ai déjà dit à la vénérable Mecque, à savoir que je suis préoccupé pour l’avenir des musulmans d’Orient à cause de l’émigration des chrétiens d’Orient.

Conserver la présence chrétienne est un devoir islamique commun autant qu’un devoir chrétien commun. Les Chrétiens d’Orient ne sont pas une minorité accidentelle. Ils sont à l’origine de la présence de l’Orient avant l’Islam. Ils sont une partie intégrante de la formation culturelle, littéraire et scientifique de la civilisation islamique.

Ils sont aussi les pionniers de la renaissance arabe moderne et ont sauvegardé sa langue, la langue du Saint Coran. Comme ils ont été en première ligne dans la libération et la reprise de souveraineté, ils sont aujourd’hui aussi en première ligne pour affronter l’Occupation et y résister, pour défendre le droit national violé, à Jérusalem en particulier, et dans la Palestine occupée en général.

Toute tentative d’approcher leur cause sans considérer ces données authentiques et enracinées dans la conscience de nos sociétés nationales, aboutit à des conclusions erronées, fonde des jugements erronés et mène par conséquent à des solutions erronées. Il est donc très important que ce Synode ne soit pas simplement un cri de souffrance chrétien qui résonne dans cette vallée de douleurs qu’est notre Orient souffrant.

L’espoir repose sur les fondements pratiques et scientifiques que pose le Synode en faveur d’une initiative de coopération islamo-chrétienne commune qui puisse protéger les chrétiens et sauvegarder les relations islamo-chrétiennes, afin que l’Orient, lieu de révélation divine, demeure digne d’élever très haut la bannière de la foi, de la charité et de la paix pour lui et pour le monde entier.

عن الاتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان

عضو في الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة UCIP الذي تأسس عام 1927 بهدف جمع كلمة الاعلاميين لخدمة السلام والحقيقة . يضم الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان UCIP – LIBAN مجموعة من الإعلاميين الناشطين في مختلف الوسائل الإعلامية ومن الباحثين والأساتذة . تأسس عام 1997 بمبادرة من اللجنة الأسقفية لوسائل الإعلام استمرارا للمشاركة في التغطية الإعلامية لزيارة السعيد الذكر البابا القديس يوحنا بولس الثاني الى لبنان في أيار مايو من العام نفسه. "أوسيب لبنان" يعمل رسميا تحت اشراف مجلس البطاركة والأساقفة الكاثوليك في لبنان بموجب وثيقة تحمل الرقم 606 على 2000. وبموجب علم وخبر من الدولة اللبنانية رقم 122/ أد، تاريخ 12/4/2006. شعاره :" تعرفون الحق والحق يحرركم " (يوحنا 8:38 ).