أختر اللغة

un ETAT puissant

Le Premier ministre rend hommage à Sfeir et prône un État puissant qui puisse monopoliser le pouvoir
Siniora : Les Libanais ne veulent pas revenir à la situation d’avant le 12 juillet

Le Premier ministre, Fouad Siniora, a affirmé hier qu’il « doit être clair que les Libanais, après tout ce qui s’est passé, ne veulent pas revenir à la situation d’avant le 12 juillet ». Il a toutefois souligné la nécessité de « libérer les territoires occupés et les prisonniers libanais en Israël ». « L’État doit redevenir l’unique pouvoir au Liban, sans qu’il ne soit concurrencé par aucun autre pouvoir, a déclaré le Premier ministre. C’est l’État qui protège les Libanais. Nous devons garantir le retour de l’État pour qu’il protège le Liban à travers une stratégie défensive et assure tous les éléments de la souveraineté libanaise », a-t-il dit lors d’un entretien à la Voix du Liban, avant d’ajouter : « Cela ne veut pas dire que nous laissons tomber la solidarité et notre appartenance arabe. Le Liban a affirmé des dizaines de fois respecter les positions arabes. L’accord d’armistice est toujours valable. » Et de poursuivre dans le même cadre : « C’est l’État qui doit gouverner. C’est notre objectif. Durant trente années, les Libanais se sont habitués à un État faible (…). Aujourd’hui, nous devons réhabiliter l’État, un État juste et puissant qui puisse faire respecter les libertés, respecter la Constitution et auquel il serait possible de demander des comptes. C’est dans cette direction que nous avancerons. »
Interrogé sur l’existence d’une cohérence ministérielle qui permettrait d’atteindre de tels objectifs, M. Siniora a répondu : « Ces questions font l’objet d’un dialogue sérieux au sein du gouvernement, sachant que depuis le début de l’agression, plusieurs rencontres ont eu lieu, et je me suis mis d’accord avec le président de la Chambre, Nabih Berry, sur la nécessité d’une coopération complète entre nous. Il se charge d’ailleurs également des contacts avec les frères du Hezbollah, puisqu’un contact direct est difficile dans les circonstances sécuritaires actuelles. Nous formons, le président Berry et moi, une seule personne dans nos contacts avec le Hezb pour tenter d’aboutir à des solutions. »
Une solution définitive
pour le Liban
Quant à ces solutions qui pourraient mettre un terme au conflit, le chef du gouvernement a déclaré : « Nous cherchons des éléments pour aboutir à des solutions globales. Nous sommes contre des solutions partielles et temporaires qui permettraient aux situations d’inquiétude et d’instabilité de se répéter. Nous voulons des solutions définitives concernant le Liban. »
Affirmant qu’« aucune solution militaire ne peut être apportée à cette crise », le Premier ministre a ensuite abordé la question de la conférence de Rome qui doit se tenir cette semaine dans la capitale italienne pour tenter de trouver une issue à la situation libanaise. « Il n’y a pas d’invitations au sens conventionnel du terme. Il y a uniquement des contacts oraux à travers certains ambassadeurs, ainsi que le chef du gouvernement italien. La conférence vise à coordonner les efforts et les aides humanitaires internationales, avec possibilité d’aborder des questions politiques », a-t-il expliqué. Interrogé à propos des parties invitées, il a déclaré : « Nous sommes toujours en train d’étudier la liste des invités. Je m’attends à ce que les choses s’éclaircissent d’ici à demain (aujourd’hui). Mais le Conseil des ministres a déjà précisé qu’il était hors de question d’inviter Israël. Si, malgré tout, il est invité, alors le Liban boycottera la conférence. »
M. Siniora a enfin salué les dernières positions du patriarche maronite, Mgr Nasrallah Sfeir, qui avait souhaité que le Premier ministre réussisse à rassembler les Libanais autour de son gouvernement. « Le patriarche nous a habitués à être constamment l’un de ceux qui appellent à l’unité entre les Libanais. Tout le monde est conscient de l’importance de ses efforts », a-t-il dit, avant de poursuivre : « Je salue le patriarche qui a fait face à beaucoup de difficultés pour qu’il soit aux côtés du peuple libanais. Je pense qu’il n’économisera aucun effort pour pousser les Libanais à l’unité. »
L”Orient- Le Jour- 24-7-2006

عن الاتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان

عضو في الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة UCIP الذي تأسس عام 1927 بهدف جمع كلمة الاعلاميين لخدمة السلام والحقيقة . يضم الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان UCIP – LIBAN مجموعة من الإعلاميين الناشطين في مختلف الوسائل الإعلامية ومن الباحثين والأساتذة . تأسس عام 1997 بمبادرة من اللجنة الأسقفية لوسائل الإعلام استمرارا للمشاركة في التغطية الإعلامية لزيارة السعيد الذكر البابا القديس يوحنا بولس الثاني الى لبنان في أيار مايو من العام نفسه. "أوسيب لبنان" يعمل رسميا تحت اشراف مجلس البطاركة والأساقفة الكاثوليك في لبنان بموجب وثيقة تحمل الرقم 606 على 2000. وبموجب علم وخبر من الدولة اللبنانية رقم 122/ أد، تاريخ 12/4/2006. شعاره :" تعرفون الحق والحق يحرركم " (يوحنا 8:38 ).