أختر اللغة
الرئيسية | أخبار الكنيسة | الكنيسة في لبنان | Un quatrième journaliste contraint de s’exiler depuis le début de l’année

Un quatrième journaliste contraint de s’exiler depuis le début de l’année

Reporters sans frontières déplore l’exil forcé de Giovanni Alvarez, 43 ans, obligé de quitter le pays, le 19 octobre 2007, après avoir reçu des menaces de mort.

Le journaliste de la radio communautaire La Nueva avait dénoncé à l’antenne des affaires de corruption impliquant des hommes politiques du département d’Atlántico (Nord). Ce départ porte à quatre le nombre de journalistes colombiens fuyant leur région ou le pays depuis le début de l’année. “Le départ forcé d’un journaliste constitue toujours un revers pour la liberté de la presse et le bilan de l’année 2007 commence à ressembler tristement à celui de 2006, année au cours de laquelle sept journalistes avaient été contraints de s’exiler ou de se cacher. Giovanni Alvarez s’expatrie quelques jours après que Gonzalo Guillén, correspondant en Colombie du quotidien El Nuevo Herald, a pris une décision similaire par crainte pour sa sécurité. Nous attendons les premiers résultats de l’enquête menée localement sur les menaces adressées à Giovanni Alvarez. Nous estimons, cependant, que compte tenu de son ampleur, l’exil forcé des professionnels des médias mérite un traitement plus large, au niveau gouvernemental. L’administration du président Alvaro Uribe, parfois mise en cause dans des atteintes à la liberté de la presse, doit donner des gages supplémentaires en faveur de celle-ci”, a déclaré Reporters sans frontières. Le 19 octobre 2007, Giovanni Alvarez a quitté le territoire colombien en avion depuis l’aéroport de Barranquilla (700 kilomètres au nord de Bogotá), selon les déclarations de son fils à la police. La famille, qui se trouve sous protection policière, ignore où se trouve le journaliste, cible de menaces de mort après avoir révélé à l’antenne des cas de corruption entachant la classe politique de sa région. “Nous savions qu’un attentat contre Giovanni Alvarez devait avoir lieu avant le 28 octobre. Nous n’avons pas encore identifié d’où proviennent les menaces, mais l’enquête continue”, a indiqué le colonel de police Carlos Rodríguez, cité par El Nuevo Herald. Le 4 octobre, Gonzalo Guillén a été forcé de s’expatrier. Des menaces de mort par téléphone lui étaient parvenues, après que Alvaro Uribe l’avait accusé d’avoir participé à la rédaction d’un ouvrage relatant les liens supposés entre ce dernier et le narcotrafiquant Pablo Escobar. Le journaliste a soupçonné des tueurs à gages, à la solde des paramilitaires, d’être les auteurs de ces intimidations (lire le communiqué du 4 octobre). Le 8 mars, Darío Arizmendi Posada, directeur de l’information de Radio Caracol, a dû quitter le pays sous la menace d’un groupe inconnu (lire le communiqué du 19 mars 2007). Deux semaines plus tard, Germán Hernández Vera, directeur de la rédaction du quotidien Diario del Huila à Neiva (Sud-Ouest), dans la ligne de mire de la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), a fait de même (lire le communiqué du 27 mars 2007).
Reporters sans Frontieres 23107

 

عن الاتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان

عضو في الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة UCIP الذي تأسس عام 1927 بهدف جمع كلمة الاعلاميين لخدمة السلام والحقيقة . يضم الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان UCIP – LIBAN مجموعة من الإعلاميين الناشطين في مختلف الوسائل الإعلامية ومن الباحثين والأساتذة . تأسس عام 1997 بمبادرة من اللجنة الأسقفية لوسائل الإعلام استمرارا للمشاركة في التغطية الإعلامية لزيارة السعيد الذكر البابا القديس يوحنا بولس الثاني الى لبنان في أيار مايو من العام نفسه. "أوسيب لبنان" يعمل رسميا تحت اشراف مجلس البطاركة والأساقفة الكاثوليك في لبنان بموجب وثيقة تحمل الرقم 606 على 2000. وبموجب علم وخبر من الدولة اللبنانية رقم 122/ أد، تاريخ 12/4/2006. شعاره :" تعرفون الحق والحق يحرركم " (يوحنا 8:38 ).