أختر اللغة
الرئيسية | أخبار الكنيسة | الكنيسة في لبنان | Une foule immense aux funérailles de Chenouda III

Une foule immense aux funérailles de Chenouda III

La dépouille mortelle du patriarche copte reposera au monastère de Wadi el-Natroun, où le défunt avait demandé à être inhumé.

Entre fumées d’encens et lancinants cantiques de deuil, les obsèques du patriarche de l’Église copte-orthodoxe d’Égypte, Chenouda III, se sont tenues hier au Caire, dans la grande cathédrale Saint-Marc pleine à craquer de fidèles, de religieux et d’officiels.
Chenouda III, qui dirigeait la plus importante Église chrétienne du Moyen-Orient depuis quatre décennies, est décédé samedi à l’âge de 88 ans à la suite d’une attaque cardiaque qui s’est ajoutée à d’autres graves problèmes de santé.
« Chenouda repose en paix mais nous ne l’avons pas perdu », a déclaré le chef de l’Église copte d’Éthiopie, le patriarche Abune Paulos venu d’Addis-Abeba pour ouvrir la cérémonie.
Le cercueil ouvert, laissant voir le visage du défunt surmonté d’une tiare en or, était entouré de nombreux religieux portant la traditionnelle coiffe noire du clergé copte.
Des milliers de personnes étaient également massées à l’extérieur de la cathédrale, brandissant des portraits du patriarche disparu, principale figure d’une communauté inquiète face à la montée de l’islamisme et des tensions interconfessionnelles. Les coptes représentent 6 à 10 % de la population égyptienne. Peu représentée dans les institutions et la haute administration, cette communauté a un fort sentiment de marginalisation.
À l’intérieur, de nombreuses personnalités coptes comme le magnat des télécoms Naguib Sawiris ou le ministre du Tourisme Mounir Fakhry Abdel Nour côtoyaient le président du Parlement, l’islamiste Saad Katatni. Le Conseil militaire au pouvoir depuis la chute de Hosni Moubarak l’an dernier était aussi représenté, de même que le corps diplomatique, avec notamment l’ambassadrice des États-Unis Anne Patterson.
Après la cérémonie, le cercueil a quitté la cathédrale pour être transporté au monastère Saint-Bichoï à Wadi el-Natroun, dans le désert au nord-ouest du Caire, où le défunt avait demandé à reposer. C’est dans ce monastère copte que Chenouda III avait été banni en 1981 par le président Anouar Sadate à la suite de ses critiques de la répression de l’insurrection islamiste des années 1970 et la signature en 1979 de l’accord de paix avec Israël.
Des scènes de chaos se sont produites à l’arrivée du convoi funéraire, les forces de l’ordre ne parvenant pas à contenir les milliers de personnes présentes. La police militaire, débordée, semblait impuissante à faire reculer les fidèles dont certains s’accrochaient aux véhicules du convoi.
Une journée nationale de deuil a été décrétée par le pouvoir militaire. La cérémonie a été retransmise en direct à la télévision d’État, et les drapeaux du pays ont été mis en berne.
Très conservateur sur les questions de dogme, le patriarche fut un ferme partisan du président Hosni Moubarak, poussé à la démission en février 2011 par une révolte populaire. Critiqué par une partie des coptes pour sa rigidité sur des questions comme l’interdiction du divorce et ses positions conciliantes envers le pouvoir militaire actuel, il était aussi considéré par de nombreux fidèles comme un protecteur dans un pays en plein bouleversement.
La charge de l’Église copte d’Égypte a été confiée provisoirement pour deux mois à l’évêque Pachomius de Beheira (delta du Nil).
Le complexe processus de désignation d’un nouveau patriarche pourrait prendre plusieurs mois, selon la presse et des spécialistes, pour qui cinq ou six évêques pourraient être candidats. Un conseil de 1 500 personnes – ecclésiastiques mais aussi laïcs éminents de confession copte – sera impliqué dans la sélection.
À l’issue d’une série d’élections, trois candidats seront retenus par le synode de l’Église copte. Le vainqueur sera désigné par un jeune enfant qui effectuera un tirage au sort dans un chapeau.
 
L'orient le jour

عن الاتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان

عضو في الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة UCIP الذي تأسس عام 1927 بهدف جمع كلمة الاعلاميين لخدمة السلام والحقيقة . يضم الإتحاد الكاثوليكي العالمي للصحافة - لبنان UCIP – LIBAN مجموعة من الإعلاميين الناشطين في مختلف الوسائل الإعلامية ومن الباحثين والأساتذة . تأسس عام 1997 بمبادرة من اللجنة الأسقفية لوسائل الإعلام استمرارا للمشاركة في التغطية الإعلامية لزيارة السعيد الذكر البابا القديس يوحنا بولس الثاني الى لبنان في أيار مايو من العام نفسه. "أوسيب لبنان" يعمل رسميا تحت اشراف مجلس البطاركة والأساقفة الكاثوليك في لبنان بموجب وثيقة تحمل الرقم 606 على 2000. وبموجب علم وخبر من الدولة اللبنانية رقم 122/ أد، تاريخ 12/4/2006. شعاره :" تعرفون الحق والحق يحرركم " (يوحنا 8:38 ).