langue
Accueil | Observatoire de médias | UCIP Liban déplore le déclin des libertés des médias « Il n’y a aucune valeur pour un média en dehors de l’intérêt public »
UCIP Liban déplore le déclin des libertés des médias  « Il n’y a aucune valeur pour un média en dehors de l’intérêt public »

UCIP Liban déplore le déclin des libertés des médias « Il n’y a aucune valeur pour un média en dehors de l’intérêt public »

Antelias, le 6 mai 2021

 

UCIP Liban déplore le déclin des libertés des médias

« Il n’y a aucune valeur pour un média en dehors de l’intérêt public »

 

L’Union Catholique Internationale de la Presse – Liban (UCIP – Liban) a exprimé son inquiétude quant à l’état des libertés médiatiques qu’a atteint le Liban, notre petit pays, ainsi qu’à son message civilisationnel qui l’a toujours distingué au sein de son environnement arabe et qui l’en a fait un modèle de coexistence civilisée et de tolérance. À l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, coïncidant avec la Journée des martyrs de la presse, la Fédération a publié un communiqué affirmant ce qui suit:

 

En cette occasion, UCIP – Liban unit sa voix à celle de tous les représentants des médias et de la culture pour renouveler son hommage aux martyrs de la presse qui se sont sacrifiés au nom de la liberté de pensée et de conscience depuis deux siècles, sous la domination ottomane, suivie du mandat et de l’indépendance, et jusqu’à l’époque des occupations et des événements récents qui ont exténué et continuent d’accabler les citoyens du pays, les mettant en danger de disparition, à moins que ses dirigeants et les partis qui tiennent les rênes du pouvoir reviennent à la raison et fassent preuve de conscience en donnant priorité à l’intérêt national et public supérieur à leurs propres intérêts.

 

L’Union déplore le recul de la liberté des médias et de la liberté d’expression au Liban, attesté par des études de terrain, et condamne les interpellations visant les professionnels des médias et les activistes sur les médias sociaux. Ces situations empêchent le Liban de bénéficier de la contribution de ses critiques, penseurs et jeunes et entraînent un déclin de la pratique démocratique dans le pays.

 

L’Union regrette que la liberté d’expression soit souvent refusée aux sages, aux penseurs et aux pacifistes qui œuvrent à la promotion de l’esprit de dialogue, de la saine démocratie et du vivre ensemble au-delà de toute fermeture sectaire. Elle déplore également de céder de grands espaces d’expression aux extrémistes qui tirent leurs idées et leurs politiques de sources étrangères à nos valeurs et à notre société et qui ne sont plus valables pour notre époque. Elle souhaite unanimement que la presse libanaise encourage les valeurs de paix civile et renonce à la violence, formant une plateforme de dialogue sur laquelle se rencontrent les Libanais de différents courants et affiliations, et insiste toujours sur « Liban le message ».

 

Les enjeux que représentait la pandémie pour le monde entier ont souligné, comme jamais auparavant dans l’ère contemporaine, le rôle décisif des médias et de la communication modernes, notamment pour ce qui est de la nécessité de fournir des informations fiables et vérifiées en vue de fournir les bons traitements. Ils ont également souligné l’importance du rôle des journalistes et des éducateurs dans la diffusion d’informations correctes, ainsi que dans la gestion des inexactitudes et des graves erreurs. Il est donc indispensable d’encourager les médias et la communication pour en faire des outils d’intérêt public qui contribuent au processus de développement et de progrès humain en promouvant une culture de vie au lieu d’une culture de mort, et une culture de dialogue civilisé et humain authentique au lieu de celle de l’aveuglement, du terrorisme et de la discrimination.

 

L’Union affirme qu’aucun média ne présente d’intérêt tant que ses objectifs ne sont pas au service du pays et du peuple. L’intérêt public est supérieur à tout intérêt privé. Il faut donc œuvrer pour que les médias et la communication ne servent pas le marché, les individus ou les intérêts matériels et politiques au détriment de l’être humain et de la nation.

 

À l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse, qui sera célébrée par l’Église dans quelques jours, nous ne pouvons que rappeler le message le plus important du Souverain Pontife en cette occasion sur le rôle des médias et le message des journalistes : « Seigneur, apprenez-nous à nous détacher de nous-mêmes et à nous mettre à la recherche de la vérité. Apprenez-nous à aller et à voir, apprenez-nous à écouter, à prendre le temps pour comprendre, à distinguer l’apparence trompeuse du vrai (…) et si nous ne parvenons pas à nous ouvrir à la rencontre, nous demeurons de simples spectateurs extérieurs en dépit de toutes les innovations technologiques ayant le pouvoir de nous mettre en face de la réalité augmentée qui nous semble nous y immerger (…) les médias peuvent être utiles si nous savons les utiliser pour dévoiler la vérité et les mettre au service de l’être humain, de chaque être humain. »

 

Secrétariat Général

UCIP – Liban

A propos de admin